/news/education
Navigation

Test de français des futurs profs : les universités pressent le ministre Proulx d’agir

Test de français des futurs profs : les universités pressent le ministre Proulx d’agir
PHOTO Simon Clark, Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Les universités pressent le ministre de l’Éducation Sébastien Proulx de serrer la vis aux futurs profs afin qu’ils maîtrisent mieux le français, alors que des changements sont réclamés depuis plus d’un an.

Le Journal rapportait lundi que, selon une étude, de futurs enseignants de français ont certaines lacunes concernant la maîtrise de la grammaire. En réaction à cet article, le ministre de l’Éducation, Sébastien Proulx, a souligné qu’il y avait des «enjeux» entourant le Test de certification en français écrit pour l’enseignement (TECFEE) que les étudiants doivent réussir pour obtenir l’autorisation d’enseigner.

L’Association des doyens et directeurs pour l’étude et la recherche en éducation au Québec (ADEREQ) demande à Québec de restreindre le nombre de reprises de l’examen, qui est présentement illimité, afin de le réduire à un maximum de quatre passations.

Minuit moins une

Or, pour que ces changements soient en vigueur pour la rentrée 2017, il faut que la décision ministérielle soit prise au plus tard le 1er mars, explique Serge Striganuk, président de l’ADEREQ, puisque c’est à partir de ce moment que commence le processus d’admission pour la prochaine année. «On est très impatients», lance-t-il.

L’ADEREQ a d’abord fait cette demande au précédent ministre de l’Éducation, François Blais, mais le dossier a été transféré par la suite au cabinet de la ministre de l’Enseignement supérieur, Hélène David, avant de revenir récemment sur le bureau du ministre Proulx.

En marge d’un point de presse, le ministre a indiqué hier que «des décisions seront prises rapidement» à ce sujet.

De son côté, M. Striganuk considère que limiter le nombre de reprises autorisé permettra d’envoyer un signal fort concernant l’importance de la maîtrise du français. Ce dernier précise que moins de 3 % des étudiants ont besoin de plus de quatre passations pour réussir cet examen.

– Avec la collaboration de Stéphanie Martin