/entertainment/radio
Navigation

Crucifix retiré à l’hôpital: «Aucun bon sens», dit Jean Tremblay

Le maire de Saguenay, Jean Tremblay
Le maire de Saguenay, Jean Tremblay

Coup d'oeil sur cet article

Sans surprise, le maire de Saguenay Jean Tremblay s’est prononcé contre la décision de retirer, à la suite d'une plainte, le crucifix de l'Hôpital du Saint-Sacrement. Une décision qui, selon le politicien, n’a «aucun bon sens».

Celui qui a perdu en Cour suprême sa bataille pour le maintien de la prière durant les séances du Conseil municipal de Saguenay est d’avis que les signes religieux qui ne dérangent personne et qui font partie du patrimoine devraient demeurer en place dans les établissements publics.

Dans sa chronique au micro de Bouchard en parle au FM93, il a aussi soulevé que, lorsqu’une plainte est formulée relativement à une croyance religieuse, il s’agit d’une demande d’un nombre restreint d’individus et non de la majorité.

Voici le résumé de sa pensée en 11 citations

1 «Ça me fait penser quand j’ai perdu en Cour suprême et quand une personne m’a demandé d’arrêter de prier. UNE! Pas deux! Une seule personne! C’est ça, la démocratie.»

2 «La démocratie, c’est supposé être la majorité qui impose sa loi. Non! Là, c’est une personne qui peut le faire.»

3 «J’ai été visiter une école et la réceptionniste, elle avait sur son bureau une petite statue de Bouddha. Toute petite. C’était beau. Est-ce que c’est une décoration ou est-ce qu’elle y croit? Je ne sais pas! Sauf que, me vois-tu arriver à l’école et dire: “Madame, un instant! Avant que je rentre dans l’école, je viens d'apercevoir une statue de Bouddha, et moi, je n’y crois pas, à Bouddha, donc, s’il vous plaît, vous faites disparaître ça.” Probablement qu’elle aurait fait descendre les gardes de sécurité pis ils auraient dit: “Monsieur, filez-vous bien, là? Ça va-tu bien, votre affaire? Parce qu’il se passe de quoi!”»

4 «Ça dérange qui, qu’il y ait une statue de Bouddha? Ça ne dérange personne! Peut-être qu’elle y croit. Je ne sais pas, moi. Je ne veux même pas savoir si elle y croit. Je trouve ça même décoratif et beau. Moi-même, je pourrais en avoir une dans ma maison. Si j’en vois une, je ne la jetterai pas. Je dirais: “Ben non, ça représente une croyance différente de la mienne, mais on ne me l’impose pas.”»

5 «Regarde, par exemple, l’étoile de David. C’est sûr que si j’avais l’étoile de David dans ma maison quelque part, je ne la jetterais pas. [...] Les seuls qu’on rejette, c’est nous-mêmes. On ne ferait jamais ça pour d’autres. Que pour nous-mêmes. On s’autodétruit.»

6 «C’est inimaginable et c’est surtout contre nous. Contre notre culture.»

7 «Les musulmans, ils ont des croyances. Ils ne dérangent personne. Laissons-les vivre, pis chacun a ses croyances et il y a moyen de faire ça tout en harmonie. On est tous d’accord avec ça, sauf pour les catholiques.»

8 «Si, au moins, à l’hôpital, à Québec, il y avait eu un mouvement. Mais là, un seul individu!»

9 «On va supposer que la majorité des membres du personnel de l’hôpital sont des musulmans. Ils désirent avoir un local pis, à l’entrée de leur local, ils mettent leur signe, le croissant. J’espère qu’on leur accorderait leur croissant, pis ça serait correct. Ça n’enlève rien à personne.»

10 «Celui qui a arrêté la prière à Saguenay, en passant, ç’a eu une conséquence sur tout le Canada. Ce n’est pas un musulman. Non, non! Ce n’est pas un musulman. Ce n’est pas un juif. Non, c’est un ancien catholique et ça l’a frustré.»

11 «Ils vont faire quoi avec la croix du mont Royal, quand il y en a un qui va se présenter et qui va dire: “Moi, j’suis tanné! On la voit de partout et, moi, ça m’empêche de respirer!” Ça va en prendre juste un et là, il va aller devant le tribunal, pis même s’il est tout seul, le tribunal va lui donner raison.»