/news/currentevents
Navigation

Menaces contre Jérémy Gabriel au Rockfest : trente jours de prison pour un internaute

PH-Facebook
Photo Facebook Mécontent de la participation de Jérémy Gabriel au RockFest, Benoît Fortin a publié le 23 février dernier un message accompagné d’une photo d’un faux pistolet, pointé vers la caméra.

Coup d'oeil sur cet article

Un internaute mécontent de voir le chanteur Jérémy Gabriel dans la programmation du Rockfest a écopé de 30 jours de prison pour l’avoir menacé sur Facebook.

«Yé ou le ptit crisse de criard [Jérémy] me scrapper mon RockFest... j’va régler ça moé !!!» avait écrit dans un français plus qu’approximatif Benoît Fortin, le 23 février dernier.

PH-Facebook
Photo Courtoisie

Pour accompagner son message, le Montréalais avait mis en ligne une photo le montrant masqué, en train de pointer un pistolet à sa caméra. Il s’agissait d’un jouet, mais un internaute n’avait pas voulu prendre de risque et avait dénoncé le fan du Rockfest à la police.

Les enquêteurs ont aussi pris la menace au sérieux puisqu’ils l’ont arrêté à son domicile de Pointe-aux-Trembles mercredi.

« Irréfléchi »

La Couronne s’est opposée à sa remise en liberté et l’accusé de 42 ans a finalement plaidé coupable de menaces jeudi, au palais de justice de Montréal.

«C’est évident que M. Fortin n’a pas trop pensé à son geste, a plaidé Me Louis Morena. C’est un acte irréfléchi. Les gens mettent des choses sur Facebook sans y penser...»

L’avocat a d’ailleurs souligné que l’internaute n’avait jamais tenté de contacter Jérémy Gabriel, qui présentera sa chanson I Don’t Care en version métal lors du festival de musique à Montebello, en juin.

Jérémy Gabriel
Photo d'archives
Jérémy Gabriel

«Il comprend la gravité de son geste», a assuré Me Morena.

La juge Karine Giguère a de son côté estimé que le geste n’était pas «si irréfléchi», puisque le détracteur du chanteur avait pris la peine d’aller chercher sa fausse arme à feu avant de poser fièrement devant sa caméra.

Elle a ainsi condamné l’internaute à 30 jours de prison, à purger les fins de semaine. Fortin devra ensuite se comporter en citoyen modèle dans le cadre d’une probation de deux ans.

Éducation

Pour le professeur en droit à l'Université de Montréal Pierre Trudel, ce cas est un autre exemple montrant que certaines personnes ne sont pas conscientes des risques d’internet.

«Selon le contexte, des gens se sentent parfois dans une intimité alors que ce n’est pas le cas, dit-il. Périodiquement, on voit passer des gens qui ne semblent pas s’apercevoir des conséquences. Il y a probablement un apprentissage à faire.»

Jérémy Gabriel, qui souffre du syndrome Treacher Collins, était à l’époque connu pour avoir chanté devant le pape et pour une prestation avec Céline Dion.

Depuis son litige avec Mike Ward devant le Tribunal des droits de la personne pour des propos insultants à son endroit, il a changé de style en sortant la chanson I Don’t Care, puis sa version française Peu m’importe. Il n’a pas rappelé Le Journal.

D’autres cas de menaces sur le web

► Jesse Pelletier

Accusé de menaces :

Déguisé en Joker, il avait menacé dans une vidéo publiée sur Facebook de tuer un Arabe par semaine.

Il a plaidé coupable de menaces le mois dernier et a écopé d’une probation et de travaux communautaires.

 Denis Marc Pelletier

Accusé de menaces et possession de matériel incendiaire :

Il avait menacé sur Facebook de tuer 50 000 personnes lors d’un spectacle.

Il a plaidé coupable en 2013 et a écopé de neuf mois de prison.

 René Daoust

Accusé de menaces :

Il avait menacé Adil Charkaoui sur Facebook et avait averti des manifestants de «faire attention aux snipers» lors d’une marche anti-charte des valeurs.

Il a plaidé coupable en 2014 et s’en est sorti avec une probation d’un an.