/news/education
Navigation

Le syndicat dépose une injonction

Coup d'oeil sur cet article

Le Syndicat des employés de l’Université Laval (SEUL) a demandé une injonction devant le Tribunal administratif du travail pour faire cesser le recours à des briseurs de grève.

Le SEUL plaide que la direction de l’université emploie environ 70 travailleurs illégaux.

Environ la moitié d’entre eux assureraient notamment la poursuite des activités au PEPS.

L’Université réplique qu’elle ne contrevient pas au Code du travail.

Le message demeure le même

Le message officiel de l’Université Laval demeure le même: «À moins d’une situation exceptionnelle, les cours, examens et autres activités pédagogiques ont lieu à l’heure et à l’endroit prévus.»

La cause a été prise en délibéré.

Les 1900 employés de soutien de l’Université Laval sont en grève au moins jusqu’au 10 mars, mais le syndicat a déjà indiqué que le débrayage risquait fort de se prolonger au-delà de cette date. Les cours sont suspendus à l’occasion de la semaine de lecture.

Certains services offerts par les différents bureaux de l’Université Laval sont interrompus.