/news/politics
Navigation

Retrait des drapeaux du Québec : la SAQ recule devant la pression de la population

Retrait des drapeaux du Québec : la SAQ recule devant la pression de la population
Photo Stevens LeBlanc

Coup d'oeil sur cet article

La SAQ cède devant la pression populaire et revient sur sa décision de retirer les drapeaux du Québec sur les façades extérieures de ses succursales.

Le Journal dévoilait mardi que la SAQ enlevait «graduellement» les fleurdelisés qui ornent les façades de ses commerces pour les déplacer à l’intérieur, et ce, afin d’économiser sur les coûts d’entretien. Déjà, certains drapeaux avaient disparu.

Après la publication de l’article qui a suscité de vives réactions, la SAQ a annoncé mardi qu’elle faisait volte-face.

«La SAQ comprend la sensibilité des Québécois à cet égard et l’importance qu’ils accordent à ce que le drapeau soit bien visible sur les magasins de leur société d’État», a mentionné la SAQ dans un court communiqué.

Loi claire

Selon Patrice de la Brosse, un ancien conseiller en pavoisement pour le gouvernement du Québec, qui a participé à la réécriture de la loi et du règlement sur les drapeaux, la SAQ n’aurait pas respecté la législation en les retirant.

«Le règlement est assez clair. À partir du moment où il y a un point de service du gouvernement du Québec, le point de service doit identifier l’autorité», souligne-t-il, ajoutant qu’il est obligatoire de voir le drapeau de l’extérieur du bâtiment.

Le Journal a aussi contacté Jo Khwan, un homme qui a été responsable de l’entretien des drapeaux de toutes les SAQ de 1995 à 2013. Ce dernier a soutenu que le coût pour un drapeau était de 20 $.

«C’était la SAQ qui nous les fournissait», explique-t-il, indiquant que le contrat annuel pour l’entretien ne dépassait pas les 20 000 $ pour les 406 succursales.

Vives critiques

Pour les partis d’opposition, la SAQ devait absolument maintenir la présence des drapeaux du Québec sur ses façades.

«La SAQ a bien fait de revenir sur sa position. Le drapeau du Québec est l’identification de tous les Québécois. C’est un symbole. La SAQ est une société d’État et c’était approprié que le drapeau reste à l’entrée», a mentionné Simon Jolin-Barrette, le porte-parole de la CAQ en matière de justice.

Le député du Parti québécois André Villeneuve a indiqué que la volte-face de la SAQ était une bonne nouvelle.

«Je pense que les gens de la SAQ se sont rendu compte que les Québécois tenaient à leur drapeau, qu’ils étaient fiers.C’est un symbole important pour les Québécois», a-t-il relaté.