/opinion/blogs
Navigation

Un pays sans but lucratif

Les maîtres à penser ne sont pas ceux que l'on croit...

Coup d'oeil sur cet article

Ce ne seront pas les questions du Devoir ou les chroniqueurs du Soleil qui compliqueront la vie de Gabriel Nadeau-Dubois, l’enfant prodige du conseil central.

Ce ne sera pas non plus la complaisance de Radio-Canada où l’on boit en direct, en levant le petit doigt ou un Mont-Blanc, les paroles du jeune radical.

C’est plutôt l’habitude de dire n’importe quoi sans coup férir qui sera le plus risqué pour l’ancien saboteur de la démocratie étudiante.

On l’a vu au premier jour, sapé comme un petit bourgeois, soigneusement mal rasé, décrétant qu’avant lui, il n’y a eu que des traîtres et des lâcheurs.

Trente années de trahison, a-t-il dit. Ça fait une belle tête fromagée à ceux qui ont voté du mauvais bord durant tout ce temps.

Tellement ingrats et inconséquents, ces Québécois ! Floués par le capitalisme mondial, bafoués par des programmes sociaux aussi incomparables que coûteux, ils souffrent sans bon sens : garderies d’état, assurance médicament, congés parentaux et Commission de toponymie.

Tout ça servi à volonté par des centaines de milliers d’employés gouvernementaux, monstrueusement mal traités. Triste bilan ! On lira bientôt sur nos plaques : Je me souviens... du goulag !

***

Ah !, avec Gabriel Nadeau-Dubois et les fefans de Québec solidaire, ce serait autre chose. En mieux évidemment.

Le Québec serait franchement anti capitaliste. Contre les riches et les «compagnies». Contre le pétrole et pour la vertu. On l’aurait enfin, notre Cuba du nord.

On l’aurait enfin, notre pays sans but lucratif !

C’en serait aussi fini de nos tourments sur l’immigration. Est Québécois celui qui est là depuis 400 ans et celui qui arrive aujourd’hui. Ainsi simplifie-t-on les choses sur l’autel de la rectitude. Au pays de Trudeau, le messie devrait être rebaptisé Justin Nadeau-Dubois.

Mais tout n’est pas perdu, au contraire. Le conte de fée télévisé de la gauche radicale n’est pas fini. Avec RDI, tous les rêves sont permis...

Recherchistes et affectateurs sont passés maîtres dans le pétrissage de l’opinion publique. Direction: le multiculturalisme, payé 675 millions par Ottawa. Objectif: en finir avec les paysans...

Alors voilà donc Gabriel Nadeau Dubois, candidat (déjà élu) dans la circonscription de Gouin (où le PQ est baisé à fond). Une circonscription abandonnée par Françoise David, une autre qui l’a eue facile, la politique.

C’est qu’on va loin au Québec quand on se désole du sort des autres. Il n’y a qu’à se pâmer avec un brin d’émotion, déresponsabiliser tous et chacun et culpabiliser les autres en général. 

Certains imaginent Amir Khadir en clone de Saint-François d'Assise qui, ouvrant les bras, s'écrie: «Laissez venir à moi ceux qui ne comprennent rien»...

C’est aussi le discours de Manon Massé, un personnage incongru, lobbyiste de la faune du centre-ville et chouchou du petit écran.

Mario Dumont aurait fait trois mandats avec le traitement accordé au fil des ans aux héros du soviet local...

Étrange attitude envers un parti dont le vrai programme reste inconnu mais qui, une fois appliqué, mettra à genoux ceux qui croient en la propriété privée et au succès individuel.

***

QS se transforme en saveur mensuelle parce qu'on ne l’a jamais pris au sérieux. Des poètes, des communistes, un mouvement parasitaire qui, comme le croyait Falardeau, n’avait aucune chance de prendre le pouvoir. On les a donc laissé parler, les représentants des «pauvres»...

Gabriel Nadeau-Dubois compte d'ailleurs aussi sur les «mal pris». Peut-être réussira-t-il à leur faire croire qu’ils sont des révolutionnaires. Cette imposture a fait le succès des bolcheviques...

Tandis que le PQ se berce d’illusions convergentes, Québec solidaire fourbit ses armes et se fout ouvertement de la gueule des péquistes, forcés à un peu plus de contrition chaque jour...

Allez rampez, sur le ventre, les convergents! On a mis la barre au ras du sol, c'est pour que vous fassiez la danse du bacon...

Le pays ? On verra plus tard, il y a plus pressé : finissons-en d’abord avec les riches. Sans procès... Et gonflons encore un peu plus la facture de ce pauvre État, si malheureux, obèse mais si mal nourri et si injustement malaimé...

Déjà, on aperçoit l’embryon d’un éventuel gouvernement sososolidaire: Aussant aux Finances, Vadeboncoeur à la Santé, Massé à l’aide sociale, Aurélie au MRI, etc.

On trouvera ensuite un Anglais, un Chilien ou un Malgache. Et, pour donner la mesure, et faire plaisir à Radio-Canada, QS recrutera des femmes voilées. On achèvera plus facilement la transition multiculturelle quand Céline Galipeau prendra sa pension... 

Tout ça est naturellement un rêve ou un cauchemar.

Ça dépend dans quel pays vous croyez vous trouver et dans quel quintile vous avez été classé...