/finance/business
Navigation

Pénurie de main-d'oeuvre: Québec débloque 205 000 $ pour retenir plus d'étudiants étrangers dans la Capitale-Nationale

Les étudiants étrangers sont des « candidats de choix » pour l’immigration, a affirmé Kathleen Weil, ministre de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion.
Stevens LeBlanc/JOURNAL DE QUEBEC Les étudiants étrangers sont des « candidats de choix » pour l’immigration, a affirmé Kathleen Weil, ministre de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion.

Coup d'oeil sur cet article

Québec lance une offensive pour retenir davantage d’étudiants étrangers dans la région de la Capitale-Nationale et de la Chaudière-Appalaches.

Environ 7000 étudiants étrangers transitent chaque année par la région de Québec, mais seulement 25 % décideraient de s’y établir après avoir obtenu leur diplôme.

Afin d’en retenir davantage pour combler une partie de la pénurie de main-d’œuvre dans la région, Québec International a élaboré un plan d’action, financé par le gouvernement Couillard à la hauteur de 205 000 $.

L’objectif: retenir 500 étudiants étrangers supplémentaires au cours des trois prochaines années. Des séances d’informations et des activités de réseautage avec des employeurs potentiels sont notamment prévues.

« Candidats de choix »

Les étudiants étrangers sont des «candidats de choix» pour l’immigration, a affirmé Kathleen Weil, ministre de l’Immigration. Ils ont un diplôme québécois en poche et leur intégration «est déjà bien amorcée », notamment par la maîtrise de la langue française, a-t-elle précisé.

De son côté, le président-directeur général de Québec International, Carl Viel, s’est réjoui de cette entente, en rappelant que dans la région, le nombre d’emplois à combler augmente plus rapidement que la population active.

Retraite

Lors du départ à la retraite de dix travailleurs, seulement neuf jeunes sont prêts à entrer sur le marché du travail pour les remplacer, a-t-il précisé.

«La maison est grande, on a besoin de personnes pour l’entretenir et la faire grandir», a de son côté affirmé le ministre de l’Emploi François Blais, qui est aussi ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale.

Une entente similaire a été conclue avec Montréal International l’automne dernier. Selon une étude réalisée par cet organisme, jusqu’à 50 % des étudiants étrangers manifestent de l’intérêt pour s’établir au Québec après leurs études.