/entertainment/shows
Navigation

De la capture de mouvement à Québec

Un premier studio du genre dans Saint-Roch

Denis Doré
Photo Didier Debusschère Denis Doré, président et cofondateur, Squeeze Studio.

Coup d'oeil sur cet article

En pleine effervescence depuis quelques années, le secteur de l’animation à Québec compte maintenant dans son arsenal un premier studio de capture de mouvement mis sur pied par Squeeze dans ses locaux du quartier Saint-Roch.

Baptisée MOOV, la nouvelle division du studio Squeeze est déjà en activité et amorce bientôt un premier tournage. «Nous avons un contrat ferme dont nous annoncerons les détails la semaine prochaine», indique le président et cofondateur de Squeeze, Denis Doré.

C’est après avoir reçu des demandes pour de la capture de mouvement de la part de plusieurs de ses clients que Squeeze a pris la décision de se lancer dans cette technologie.

«On vise le marché du jeu vidéo à Québec. Il y a une grande demande dans ce domaine pour la capture de mouvement. Et c’est certain que faire des effets visuels pour des films d’animation est notre désir le plus profond pour les années à venir», dit Dave Massicotte, un ancien d’Ubisoft, Eidos Montréal et Moment Factory qui a pris la direction de MOOV.

Marché hollywoodien

Les dirigeants de MOOV ne cachent pas leur ambition de percer le marché hollywoodien.

«En ce moment, nous allons presque chaque mois à Los Angeles pour le développement de notre série Cracké et ça nous a mis en relation avec tous les grands studios. Sans tomber dans le traitement des effets spéciaux dans le sens large, on va quand même de plus en plus essayer de desservir ce marché pour animer des personnages», explique Denis Doré.

Pour attirer des clients, MOOV misera sur la technologie de capture de mouvement la plus avancée au monde, clament ses dirigeants.

«Le fournisseur américain de logiciels a sorti une nouvelle gamme de produits. Nous aurons des caméras de 16 mégapixels alors que la concurrence est à 4», selon Dave Massicotte.

La division MOOV prévoit employer entre cinq et dix personnes cette année.