/sports/others
Navigation

Volleyball masculin: défaite crève-coeur contre McMaster pour le Rouge et Or

Rouge et Or volleyball
PHOTO COURTOISIE, DON VOAKLANDER Vicente Parraguirre, du Rouge et Or, a goûté à la défensive étanche des Marauders en quart de finale du championnat canadien de volleyball universitaire.

Coup d'oeil sur cet article

Les volleyeurs du Rouge et Or de l’Université Laval ont dû mettre une croix sur un premier titre national en quatre ans en s’inclinant 3-2 (16-25, 11-25, 25-23, 25-19 et 15-17) dès leur rentrée au championnat canadien devant les Marauders de McMaster, vendredi, à Edmonton.

Au mieux, la troupe de Pascal Clément pourra finir en cinquième place, ce qui égalerait son résultat à ce tournoi de l’an dernier. L’équipe se frottera aux Warriors de Waterloo, samedi, en demi-finale consolation.

Poussé au pied du mur par les Marauders après avoir perdu les deux premières manches, le Rouge et Or s’est réveillé de brillante manière en remportant les deux sets suivants pour provoquer le bris d’égalité. En avance 15-14, les champions du Québec ont été incapables d’achever leurs adversaires qui sont revenus de l’arrière pour obtenir leur billet pour la demi-finale.

«Je pense qu’on méritait de gagner ce match-là. Mais en sport de haut niveau, ça ne va pas au mérite et il faut que tu gagnes les points. On n’a pas réussi à faire les deux petits points qui manquaient, s’est désolé l’entraîneur-chef du Rouge et Or au bout du fil.

«Puis, Vicho [Vicente Parraguirre, 18 attaquantes marquantes] a raté une balle à l’extérieur qui était un ballon facile. En même temps, est-ce le reflet du match qu’il a eu? Quand tu joues bien, la magie survient à la fin, mais quand c’est l’inverse et que c’est le temps de faire un jeu facile, ça te rattrape.»

Un changement bénéfique

Clément cherchait encore à comprendre le départ laborieux de ses protégés contre les champions de l’Ontario. Avant le troisième set, il a déplacé l’attaquant Bruno Lortie à l’aile droite pour freiner l’hémorragie, ce qui a porté ses fruits.

«On a connu un début de match extrêmement difficile pour des raisons inconnues. Je sentais que les joueurs étaient intimidés, on n’était pas là pantoute. McMaster paraissait bien, mais ils jouaient tout seuls. Il aurait joué avec la balle au mur et ça aurait été la même affaire!

«Avant le troisième set, j’ai dit aux gars qu’il n’était pas question de perdre sans au moins montrer une genre de fierté, sans se battre. J’ai mis Bruno à droite pour renforcer notre bloque à l’aile et changer la tension de notre système défensif. Vicente se faisait beaucoup trop contrer à l’aile. Puis, on a joué de façon plus inspirée», a expliqué le pilote lavallois, qui appelait son club à se regrouper en vue du prochain match.