/news/politics
Navigation

Martine Ouellet officiellement désignée chef du Bloc québécois

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Martine Ouellet a été officiellement déclarée chef du Bloc québécois lors d’un rassemblement au Théâtre Plaza, à Montréal, samedi.

Mme Ouellet est devenue la cinquième chef du parti. Aux militants du Bloc québécois, elle a martelé que le Québec devait être indépendant.

«Je pense vraiment que nous sommes au commencement de quelque chose de grand, de légitime et d’important», a déclaré Mme Ouellet lors de son discours. Nous sortons du cadre pour mieux nous réinventer, parce qu’on n’a pas le choix, avec tous les défis de la planète, tant au niveau environnemental que social, économique et politique, le Québec doit être indépendant.»

Rappelons que le seul autre candidat à la course à la direction de la formation souverainiste, Félix Pinel, avait annoncé sur sa page Facebook qu'il n'était pas en mesure de se présenter en raison d'un manque d'appuis.

Malgré ses nouvelles fonctions à Ottawa, Martine Ouellet entend continuer à siéger comme députée indépendante à Québec. Elle représente la circonscription de Vachon depuis 2010 à la faveur d’une élection partielle déclenchée à la suite de la démission du député péquiste Camil Bouchard.

«Nos adversaires nous qualifient de fermés, mais c’est exactement le contraire. C’est parce que nous sommes ouverts que nous voulons devenir un pays», a-t-elle soutenu devant ses militants.

«Être fermés, c’est de rester dans le pays. Être ouverts, c’est de se projeter sur la planète», a lancé celle qui devient la première femme à accéder au poste de chef du parti, tout en précisant que le Bloc était un parti «enraciné» dans toutes les régions du Québec.

«Je pense que ce n’est pas en restant exactement sur le terrain où les fédéralistes veulent que l’on soit qu’on va réussir l’indépendance du Québec. C’est en se donnant tous les moyens nécessaires qu’on va y parvenir et je compte aller jusqu’au bout de la démarche, je vais persister, je ne plierai pas devant les fédéralistes.»

Martine Ouellet a occupé le poste de ministre des Ressources naturelles dans le gouvernement de Pauline Marois. Après le départ de cette dernière de la tête du Parti québécois, elle s’est présentée à la course à la chefferie, finalement remportée par Pierre Karl Péladeau.

Quand ce dernier a quitté la formation politique, elle a de nouveau brigué le poste. C’est finalement Jean-François Lisée qui a été élu, l’automne dernier.

Lors des deux courses, elle a été la seule candidate à s’engager à tenir un référendum sur l’indépendance dès le premier mandat d’un gouvernement dirigé par le PQ.

Diplômée de l’Université McGill en génie mécanique en 1992, Mme Ouellet est membre de l’Ordre des ingénieurs du Québec. Avant de se lancer en politique, elle a travaillé chez Hydro-Québec, notamment comme chef des projets spéciaux chez Hydro-Québec Production.