/news/politics
Navigation

Un 2e chef pour pallier l’absence de Ouellet

Martine Ouellet
Photo Agence QMI, Simon Clark Martine Ouellet
Bloc Québécois

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | Le Bloc québécois change sa structure pour nommer un «chef parlementaire» à Ottawa afin de pallier l’absence de Martine Ouellet, qui continuera de siéger à l’Assemblée nationale comme députée de Vachon en vue des prochaines élections fédérales.

Le Journal a appris qu’un des 10 députés de la formation politique souverainiste aux Communes sera nommé prochainement pour seconder Mme Ouellet, officiellement désignée chef bloquiste aujourd’hui à Montréal en présence des militants.

Si la nouvelle leader du BQ entend être présente à Ottawa une fois par semaine, elle s’est engagée à terminer son mandat de députée provinciale.

«On veut un chef parlementaire pour des raisons évidentes. Martine va siéger à Québec, elle va être chef du parti au niveau national et va aller à Ottawa au besoin. Ça implique qu’elle ne sera pas tout le temps à Ottawa, mais on veut que le Bloc soit tout le temps présent à Ottawa», a confié une source avisée ayant requis l’anonymat.

Le futur numéro deux bloquiste sera ainsi le porte-parole principal du parti dans la joute politique en Chambre, dans la stratégie et dans les points de presse et événements impromptus.

C’est la première fois que le Bloc se dote d’un «chef de parti», en plus d’un leader parlementaire qui occupe des fonctions plus techniques et liées aux travaux en Chambre.

Mme Ouellet a été couronnée chef du parti cette semaine, lorsque son seul adversaire potentiel s’est retiré de la course. À Ottawa, les adversaires politiques ont souligné sobrement sa nomination. «Nous félicitons Mme Ouellet», a simplement réagi un porte-parole au bureau du premier ministre.

Malaise

Le député du NPD Alexandre Boulerice a souhaité la bienvenue à Mme Ouellet sur la scène fédérale. Il s’interroge sur sa capacité à cumuler cette nouvelle fonction en plus de celle de députée provinciale, puisque ce sont, dit-il, «deux emplois à temps plein».

Le député conservateur Alupa Clarke reconnaît que, si la loi n’interdit pas à Mme Ouellet de porter les deux chapeaux, cela «crée, moralement, un malaise», puisqu’elle aura moins de temps à sa disposition pour représenter les gens de sa circonscription, est-il d’avis.

«J’ai rarement vu quelqu’un d’aussi travaillant», a tenté de rassurer le député bloquiste Gabriel Ste-Marie.