/slsj
Navigation

La sécurité sur les sentiers déficiente entre Saguenay et l’Étape?

Un organisme de Québec fera du sauvetage en forêt sur le territoire du parc des Laurentides jusqu’à l’Étape.
Photo d’archives, agence qmi Un organisme de Québec fera du sauvetage en forêt sur le territoire du parc des Laurentides jusqu’à l’Étape.

Coup d'oeil sur cet article

Un an après la mort d’un touriste américain sur un sentier de motoneige, un organisme de Québec fera du sauvetage en forêt sur le territoire du parc des Laurentides jusqu’à l’Étape. De ce côté-ci de la 175, les motoneigistes sont-ils aussi bien protégés? Certains craignent que non.

L’an dernier, un touriste américain est décédé dans un accident de motoneige dans la Réserve faunique des Laurentides. À moins de trois kilomètres de l’Étape, les ambulanciers n’ont pas pu lui venir en aide.

Ce drame a donné naissance à l’organisme Urgence Sauvetage Québec. Grâce à un partenariat avec la MRC de la Côte-de-Beaupré, le parc des Laurentides est maintenant couvert par ce service de secourisme hors route.

« PAS DE BON SENS »

Or, les motoneigistes qui circulent de l’autre côté de l’Étape se sentent laissés pour compte.

«Moi, je pense que ça n’a pas de bon sens, a commenté un motoneigiste. Par ici aussi il y a une longue distance avant de se rendre à l’Étape. Et ça nous prendrait bien des secours aussi», indique un motoneigiste interpellé par TVA Nouvelles lundi.

«S’il arrive une bad luck et qu’on n’est pas capable de se faire secourir, ce n’est pas rassurant», ajoute un autre adepte de la motoneige.

La MRC du Fjord-du-Saguenay n’est pas indifférente à toute cette inquiétude. Elle envisage d’ailleurs de mettre en place un service semblable pour assurer le même niveau de sécurité dans la partie du parc des Laurentides qui se situe sur son territoire.

«Avec Sauvetage 02, nos clubs de motoneige, nos clubs de quatre-roues, la Sûreté du Québec, les ambulanciers, peut-être même avec la Ville de Saguenay, on veut voir sur tout le territoire ce qu’on peut faire pour sécuriser nos chasseurs, nos marcheurs, nos motoneigistes», commente le préfet Gérald Savard.

La MRC entend se pencher activement sur cet enjeu en 2018. Pour y arriver, elle compte solliciter une aide financière de Québec.