/slsj
Navigation

Le couvent des Ursulines racheté par deux pharmaciens

Le projet se concrétisera dès que l’étape des soumissions sera franchie

Le sort du couvent des Ursulines devrait être scellé jeudi. Les pharmaciens Daniel Guay et Julie Beaupré devraient se porter acquéreurs de l’édifice, sous réserve que leur projet passe l’étape des soumissions.
Photo d’archives agence qmi Le sort du couvent des Ursulines devrait être scellé jeudi. Les pharmaciens Daniel Guay et Julie Beaupré devraient se porter acquéreurs de l’édifice, sous réserve que leur projet passe l’étape des soumissions.

Coup d'oeil sur cet article

Après plus d’une dizaine d’années d’incertitude entourant son avenir, le couvent des Ursulines est sur le point d’être acheté par des promoteurs privés qui ont l’intention d’y aménager une pharmacie tout en conservant le caractère patrimonial de l’édifice.

Les copropriétaires des Pharmacies Uniprix de Roberval, Daniel Guay et Julie Beaupré devraient annoncer en conférence de presse jeudi après-midi qu’ils se portent acquéreurs du couvent dans le but d’y déménager la succursale Uniprix qui se trouve présentement au Carrefour Jeannois. La fermeture de cette dernière a été annoncée la semaine dernière.

Outre la pharmacie qui se situerait au rez-de-chaussée, les trois étages seraient réaménagés afin d’éventuellement accueillir des professionnels de la santé ou encore des organismes de la Ville de Roberval.

Par la bouche de son maire Guy Larouche, la Ville – qui est propriétaire du couvent des Ursulines –, n’a pas souhaité émettre de commentaires lundi, préférant laisser les promoteurs faire leur annonce jeudi.

DERNIÈRE ÉTAPE À FRANCHIR

La concrétisation du projet ne dépend plus que d’une chose : l’étape des soumissions, qui sera lancée dès vendredi matin. «C’est certain que s’il y a une différence de 4 ou 5 millions de dollars avec nos estimations, il n’y en a pas de projet.

Si toutes les planètes s’alignent, ça va se concrétiser, et on est sur la bonne voie», confie Michel Gomolka, gestionnaire des trois pharmacies appartenant à Daniel Guay et Julie Beaupré.

Dans un bilan présenté le 29 juin 2016 par la Ville, on apprend que les coûts de rénovation du bâtiment étaient évalués à 10,6 M$ en 2011.

CARACTÈRE PATRIMONIAL

Chose certaine, il s’agit d’une bonne nouvelle pour le couvent des Ursulines, qui est pour ainsi dire laissé à l’abandon depuis plusieurs années.

Les promoteurs comptent notamment conserver le caractère patrimonial de l’édifice, en plus de laisser une belle place à l’histoire des Ursulines.

«Le but, c’est de conserver le cachet. Tout ce qu’il y a à l’intérieur sera restauré, comme les escaliers. On devrait aussi agrandir le bâtiment de l’extérieur», mentionne M. Gomolka.

En annonçant leurs intentions dès maintenant, les promoteurs veulent également rassurer la population quant à l’avenir du bâtiment, mais aussi les propriétaires de terrains adjacents.

«La piste cyclable va demeurer là où elle est. On veut améliorer le terrain en installant des tables de pique-nique. Le Jardin des Ursulines aussi va rester là», précise Michel Gomolka.

Le projet prévoit également commémorer l’incendie qui a ravagé l’édifice il y a quinze ans, le 23 mars 2002.