/misc
Navigation

Les « fausses nouvelles » entourant la SAQ

Coup d'oeil sur cet article

Dans le dossier de la SAQ et la fin du monopole à laquelle songerait de plus en plus le gouvernement, plusieurs idées circulent qui faussent le débat. Deux en particulier.

D’abord, plusieurs croient à tort que le choix qui se présente devant nous est 1- de maintenir le statu quo, c’est-à-dire le monopole public ou 2- de céder ce monopole au privé.

Ce serait carrément stupide de vendre au secteur privé un monopole. Les consommateurs n’y gagneraient rien. Ce qu’il faut — et ce qui est proposé par plusieurs économistes —, c’est ouvrir le marché à la concurrence. Permettre à des boutiques de vins de concurrencer la SAQ. Et aussi, idéalement, permettre aux gens d’acheter des bouteilles de partout dans le monde par internet, sans passer par la société d’État. Quoique ce dernier changement relève du gouvernement fédéral.

L'exemple albertain

Ensuite, il faudrait cesser de se tourner vers l’exemple de l’Alberta pour voir ce qu’une «privatisation» donne. En Alberta, on n’a privatisé et libéralisé que la vente au détail. Même si l’État s’est retiré de la distribution et de la vente de vins, les boutiques privées doivent encore payer une cut au gouvernement quand elles importent du vin. Cette «taxe» empêche les prix de diminuer autant qu’ils le feraient dans un vrai libre marché (remarquez que les prix sont tout de même légèrement plus bas en Alberta qu’au Québec – par contre, les régions éloignées des centres urbains sont moins bien desservies).

Si on veut trouver un exemple de «vrai» libre marché, on peut regarder du côté de la Belgique. Là-bas, des centaines de cavistes se font concurrence. La diversité de bouteilles est le triple d’ici, pour le tiers du prix, comme l’expliquait l’économiste Frédéric Laurin dans son livre Où sont les vins? Mais ce dernier préconise plutôt d’ouvrir graduellement le marché à la concurrence, tout en préservant la SAQ, notamment pour favoriser une diversité de produits en région.

Moins d’argent ?

Est-ce que l’État recevrait moins d’argent avec la fin du monopole de la SAQ? Peut-être. Et puis? Pourquoi est-ce que les consommateurs de vins devraient payer plus que les autres pour engraisser l’État? Ce sera quoi, ensuite? Va-t-on créer un monopole du smoked-meat pour financer bientôt le système de santé?

Le gouvernement n’a qu’à mieux gérer l’argent des contribuables (en commençant par arrêter de payer des employés «fantômes» tablettés). Les consommateurs de vins ont assez payé pour son incurie comme ça.