/news/politics
Navigation

Tempête : le MTQ a annoncé 30 véhicu­les coincés au lieu de 300

La haute direction de la SQ n’était pas au courant de la gravité de la situation

Tempête : le MTQ a annoncé 30 véhicu­les coincés au lieu de 300
Photo Ben Pelosse

Coup d'oeil sur cet article

Le ministère des Transports du Québec a mal informé le ministre Coiteux mercredi matin dernier, en pleine tempête, en lui disant que 30 véhicules étaient coincés sur l’autoroute 13, au lieu de 300.

«Plusieurs camions semi-remorques se sont enlisés dans la neige en soirée mardi sur l’autoroute 13 sud [...] causant une importante congestion. Environ 30 véhicules seraient coincés à cet endroit depuis», peut-on lire dans un rapport d’événement du Centre des opérations gouvernementales (COG) publié à 7 h 15 au lendemain du blizzard, à la demande du cabinet du ministre de la Sécurité publique Martin Coiteux.

Selon le cabinet de M. Coiteux, c’est le ministère des Transports du Québec qui a donné cette information au COG.

La Sûreté du Québec a de son côté la responsabilité d’indiquer au COG les «avis d’accident majeur, les avis de sinistres divers et les échanges d’états de situation». Impossible toutefois de savoir à quel moment M. Coiteux a réellement été mis au courant de l’ampleur du problème.

Environ 300 véhicules avaient été bloqués plusieurs heures en pleine tempête de neige, mardi dernier sur l’autoroute 13 Sud.
Photo d’archives, erik peters
Environ 300 véhicules avaient été bloqués plusieurs heures en pleine tempête de neige, mardi dernier sur l’autoroute 13 Sud.

Estimation bâclée

Finalement, ce sont plus de 300 véhicules qui ont passé la nuit sur ce tronçon, soit plus de 10 fois l’estimation initiale. Malgré cette tempête historique, le dernier rapport du COG datait de mardi à 18 h. Au bureau de Martin Coiteux, on affirme par ailleurs qu’il y a eu un bris dans la chaîne de commandement à la SQ.

«La haute direction de la Sûreté du Québec n’était pas au courant, c’est pourquoi le ministre de la Sécurité publique n’a pas été informé», a indiqué son attachée de presse Marie-Ève Pelletier au Journal au cours d’une entrevue non sollicitée. D’ailleurs, deux officiers de la Sûreté du Québec ont été relevés de leur fonction à la suite de ce cafouillage.

Le Centre des opérations gouvernementales, qui relève du ministère de la Sécurité publique, a pour mission «d’anticiper les événements pouvant compromettre la sécurité des citoyens», «d’alerter les intervenants concernés» et de «coordonner les opérations lors de situations d’urgence».

Nomination à la SQ

Un nouveau directeur des mesures d’urgence est entré en fonction lundi à la Sûreté du Québec, dans la foulée de l’enquête administrative sur le cafouillage de l’autoroute 13. L’inspecteur-chef Jimmy Potvin a été nommé à ce poste par le directeur général, Martin Prud’homme.

«Son premier mandat sera de revoir la chaîne de communication, pour qu’on ne soit plus confronté à une situation comme l’autoroute 13», confirme le porte-parole de la SQ, le capitaine Guy Lapointe.

La police tente de revoir ses pratiques d’urgence pour l’ensemble du Québec.

– Avec la collaboration de Boris Proulx