/news/currentevents
Navigation

Un avocat sans frais pour les camionneurs

Stéphan Viau, Fédération canadienne du transport
Photo courtoisie Stéphan Viau, Fédération canadienne du transport

Coup d'oeil sur cet article

Vexée que des camionneurs puissent être tenus pour responsables du chaos sur l’autoroute 13 mardi dernier, une fédération leur offre un avocat gratuitement.

«On tente de faire porter le chapeau du cafouillage de l’autoroute 13 aux camionneurs», déplore Stéphan Viau, porte-parole de la Fédération canadienne du transport.

Aux conducteurs suspectés d’avoir refusé le remorquage sur l’autoroute au plus fort de la tempête de neige, il offre sans frais les services de l’avocat Jean-François Boucher.

«Je n’ai pas encore rencontré les camionneurs, mais nous voyons que leur faute sera très difficile à prouver», croit Me Boucher, aussi ancien policier de la Sûreté du Québec (SQ).

Responsabilité

Aux yeux de la Fédération canadienne du transport, un camionneur n’a pas à obéir à une entreprise de remorquage même si son poids lourd est enlisé sur l’autoroute.

«Un remorqueur n’est pas une autorité. Ils ne peuvent pas nous déplacer à leur guise. C’est aux policiers à venir sur place», affirme M. Viau.

Puisque le ministère des Transports du Québec avait la responsabilité de s’assurer que la voie était libre, ce n’était pas aux camionneurs de payer d’importantes sommes pour un remorquage, croit-il.

Accusations

L’enquête concernant le camionneur arrêté samedi par la police sera remise sous peu au Directeur des poursuites criminelles et pénales, a appris Le Journal. Des accusations criminelles de méfait et de nuisance pourraient être déposées.

Selon la version de la SQ, un refus de remorquage a contribué à coincer 300 voitures toute une nuit sur l’A-13. Un autre camionneur, considéré comme un témoin important, est toujours recherché.

«Ce n’est pas une enquête qui vise à faire porter le blâme aux camionneurs. On doit voir si des actes criminels ont été commis», assure le capitaine Guy Lapointe.

Une enquête séparée, interne à la SQ, est aussi en cours pour déterminer qui, parmi les officiers, aurait mal fait son travail ce soir-là.