/slsj
Navigation

Une salle d’exercice à 25 000$

Les élèves et le personnel du Séminaire de Chicoutimi ont désormais accès à une salle d’entraînement dernier cri. Sur la photo, on voit Raphaël Côté (élève), la mascotte Sammy, Daniel Dawson (enseignant) et Louis Prévost (directeur général).
Photo roger gagnon Les élèves et le personnel du Séminaire de Chicoutimi ont désormais accès à une salle d’entraînement dernier cri. Sur la photo, on voit Raphaël Côté (élève), la mascotte Sammy, Daniel Dawson (enseignant) et Louis Prévost (directeur général).

Coup d'oeil sur cet article

Le Séminaire de Chicoutimi vient de se doter d’une salle de préparation physique dernier cri construite grâce à un investissement de 25 000 $ en partie financé par d’anciens élèves.

Les nouveaux locaux du Séminaire se distinguent des salles d’entraînements traditionnelles en mettant l’accent sur des entraînements dynamiques par station, dans un style qui se rapproche du crossfit.

Initié par les enseignants Éric Vézina et Daniel Dawson, ce projet est d’abord destiné aux jeunes qui font partie de l’un des six programmes sportifs de l’école (volleyball, basketball, hockey, cheerleading, baseball et badminton).

Sur les 25 000 $ amassés, 9000 $ proviennent des poches d’anciens élèves via la fondation OTHRYS du Séminaire de Chicoutimi.

«C’est des anciens élèves qui savaient qu’en achetant un billet à 200 $, les deux tiers iraient à des installations sportives», explique le directeur général du Séminaire, Louis Prévost.

ATTIRER LA CLIENTÈLE

Longtemps considéré comme la meilleure école secondaire dans la région, le Séminaire de Chicoutimi avait été dépassé par une école publique (Camille-Lavoie) dans le palmarès des écoles 2016 de l’Institut Fraser.

Est-ce que ce nouveau gymnase vise à améliorer l’offre et à attirer de nouveaux élèves? «Pas nécessairement», affirme Louis Prévost.

«C’est une belle offre qui est différente pour le Séminaire. On le fait principalement pour les jeunes qu’on a actuellement, mais oui, quand on a fait les portes ouvertes avec les parents, il y a eu des “wow” », mentionne le directeur.

COMBINER LES BESOINS

Le projet est une combinaison de deux besoins, soit celui de développer les élèves athlètes en ciblant leurs besoins spécifiques, mais aussi d’exposer les autres élèves aux bienfaits de l’entraînement physique régulier.

Les élèves athlètes qui pratiquent déjà un sport auront d’ailleurs accès gratuitement et en priorité aux installations, mais les élèves moins actifs pourront aussi l’utiliser à condition de payer 50 $ par année. Environ 70 membres du personnel se sont aussi inscrits à des périodes d’activités.

Les équipements à la fine pointe de la technologie permettent d’établir et de suivre en temps réel l’évolution des exercices. Les usagers pourront notamment améliorer leur capacité cardio-vasculaire, leur flexibilité, leur résistance et leur puissance.