/sacchips/unbelievable
Navigation

Chine: les voleurs de papier-toilette essuient un revers technologique

Chine: les voleurs de papier-toilette essuient un revers technologique
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

PÉKIN |  Les vols de papier hygiénique, endémiques dans les toilettes publiques en Chine, subissent un coup d’arrêt avec l’installation de dispositifs de reconnaissance faciale qui rationnent les quantités attribuées à chaque utilisateur.

Lorsque un groupe de vieilles dames font leur pause pipi dans un parc du sud de Pékin, une voix synthétique les accueille aux petits coins: «bienvenue! Merci de vous placer dans la zone de reconnaissance faciale».

Une par une, elles se placent obligeamment à l’intérieur d’un carré jaune en attendant que leur visage apparaisse au centre d’un écran bleu accroché au mur. Après quelques secondes, la machine leur distribue leur dû: 60 centimètres de papier, pas un de plus.

L’appareil a fait son apparition au cours du week-end dans l’une des toilettes publiques du Temple du ciel, un parc très populaire auprès des retraités qui y viennent pour leurs danses et exercices matinaux. Ou, dans certains cas, faire provision de papier-toilette qu’on voyait parfois sortir du parc par sacs entiers.

Mais on ne triche pas avec le robot distributeur. Si la même personne se représente face à l’écran dans les neuf minutes, elle se heurte à une réponse polie: «merci de réessayer plus tard».

«Cela stoppe les fraudeurs. C’est très bien tant qu’il y a assez de papier pour chacun», commente Pu Meilang, 68 ans.

Cela faisait des années que la direction du parc cherchait le moyen de coincer les voleurs de papier, raconte Lei Zhenshan, un des responsables de la société Shoulian Zhineng, qui a mis au point la machine de reconnaissance faciale.

«L’idée a paru un peu saugrenue au début et puis nous avons constaté que le niveau de déperdition était vraiment élevé. Nous avons donc décidé d’adopter cette approche technologique afin de rectifier le comportement des gens», explique-t-il à l’AFP.

L’appareil, qui coûte plus de 6000 yuans (800 euros), a déjà permis de réduire de 70% les pertes de papier, assure-t-il.

«Nous économisons du papier pour le bien du pays», se félicite Li Zengxiu, 58 ans, en sortant des toilettes.

Sur les réseaux sociaux, certains restent sceptiques. «Dans deux jours, l’appareil aura disparu aussi», pronostique un internaute.