/misc
Navigation

Pathétiquement drôle

Coup d'oeil sur cet article

Commençons tout d’abord par un avertissement en bonne et due forme: ce qui suit risque sérieusement de vous dilater la rate.

Martine Ouellet et son comté

La nouvelle chef à temps partiel du vigoureux Bloc québécois, également députée à mi-temps du comté provincial de Vachon, Martine Ouellet, ne quittera pas son siège de députée à l’Assemblée nationale, car elle veut continuer à défendre les intérêts des citoyens de sa circonscription. Éclats de rire.

Lise Thériault et les commandes du PM

Pour sa part, la vice-première ministre, ministre de la Condition féminine et responsable des PME Lise Thériault a candidement avoué être en réflexion quant à son avenir politique. Mais hors de question de quitter le navire avant la fin de son mandat. Pourquoi? Parce qu’elle a des commandes à livrer au premier minis­tre et qu’elle est une femme de paro­le. Re-éclats de rire.

Ouf! Reprenons notre souffle malgré cette crampe au ventre qui nous afflige.

Pourquoi est-ce si drôle? Parce que, n’eût été la loi 78, adoptée à l’unanimité en décembre 2015, nous n’aurions certainement pas droit à ce grand bal des hypocrites. Martine Ouellet et Lise Thériault sont toutes deux conscientes qu’un départ précipité aurait pour effet de les priver de facto de leur généreuse prime de sépa­ration avoisinant les 150 000 $. C’est beaucoup de bidous. Suffisamment pour endurer la pression de ses pairs pour la première et pour ronger son frein jusqu’en octobre 2018 pour la deuxième.

D’autres sont assurément dans la même position. Le travail devient soudainement moins lourd, la conciliation travail-famille plus facile lorsqu’un bris du contrat social signé avec les électeurs se traduit par une perte d’argent. Par contre, sachant que chaque élection partielle coûte un demi-million de dollars, on peut bien subir une petite dose supplémentaire d’hypocrisie. C’est drôle et c’est bon pour notre portefeuille collectif.