/misc
Navigation

Un scénario intéressant

Shea Weber, Max Pacioretty et Alex Galchenyuk
Photo d'archives, AFP Shea Weber, Max Pacioretty et Alex Galchenyuk

Coup d'oeil sur cet article

Tout est en place pour une fin de saison spectaculaire.

Et pour le Canadien, on ne pouvait souhaiter un meilleur scénario, surtout après avoir défait les Sénateurs deux fois au cours du week-end, récoltant quatre points contre un seul pour l’adversaire.

Si à Boston, on se plaît à faire des comparaisons avec les succès remportés par Bruce Cassidy à la barre de l’équipe, si on salive à la pensée que cette équipe marque des buts comme jamais auparavant, à Montréal, les ­décideurs du Canadien voient leur équipe ­retrouver graduellement son identité sous la direction de Claude Julien.

Les Bruins ont inscrit sept victoires à leurs dix derniers matchs. Une fiche impressionnante à ce stade-ci de la saison alors que la compétition est plus féroce que jamais. Mais oublie-t-on que le Canadien a huit victoires à ses dix dernières rencontres? Qu’il possède une priorité de huit points sur ses éternels ­rivaux qu’il n’affrontera plus durant le ­calendrier régulier?

Cependant, il y a une possibilité que ça se produise lors de la deuxième ronde des séries éliminatoires. Pour en arriver à un affrontement, il y a plusieurs éléments à considérer.

Mais n’allons pas trop loin. Il reste trois semaines à la saison régulière et la plupart des formations ont encore de 10 à 12 matchs à ­disputer.

Calendrier favorable

Un rapide coup d’œil sur les rencontres à venir dans l’Association de l’Est met en perspective que le Tricolore possède probablement le calendrier le plus «facile» de toutes les formations impliquées.

Exemple: les cinq prochains matchs seront disputés à Montréal contre Detroit, Caroline, Ottawa, Dallas, Floride. Puis trois matchs à l’étranger, à Tampa Bay, en Floride et à ­Buffalo. Retour à Montréal contre Tampa Bay et fin de saison à Detroit.

Pouvait-on espérer mieux, en pleine course pour le ­premier rang? J’en doute.

Par contre, Guy Boucher et les Sénateurs ne doivent plus se préoccuper du Canadien. Ils doivent surtout regarder derrière eux. Les Bruins, les Maple Leafs, les ­Islanders et peut-être le Lightning se font menaçants.

Les Sénateurs possèdent une excellente formation, donc ils peuvent s’en tirer mais leur calendrier soulève des interrogations. Il leur reste 11 matchs à disputer, ­seulement trois à Ottawa contre les Penguins, jeudi, les Red Wings et les Rangers.

Et à l’étranger, les Sénateurs sont à Boston ce soir. Puis, à partir de samedi au Centre Bell, contre le Canadien, ils affronteront ­ensuite les Flyers à Philadelphie, le Wild au Minnesota, les Jets à Winnipeg et les Red Wings de Detroit.

Oh! Ils ont un deuxième rendez-vous contre les Bruins, prévu le 6 avril à Boston.

Dans le cas des Maple Leafs, ils ne sont pas sortis du bois. Ils affrontent deux fois ­Columbus, qui bataille pour le premier rang de la division Métropolitaine, Nashville, Washington et Pittsburgh.

Changements à apporter

Entre-temps, Claude Julien, chaque jour, apprend à mieux connaître ses effectifs. Dans son rôle d’entraîneur des Bruins, il avait une petite idée des forces et faiblesses des joueurs du Tricolore.

Aujourd’hui, à l’intérieur des murs du CH, il a une meilleure idée des changements qu’il devra apporter d’ici la mi-avril. Il aura encore du temps pour peaufiner sa gestion quotidienne avec une connaissance plus profonde des ­patineurs qu’on lui a confiés.

Lors du dernier week-end contre Ottawa, ce sont les employés de soutien qui ont attiré l’attention. Les trios qu’il a formés lui ont donné satisfaction. Cependant, pourra-t-il garder réunis Alex Galchenyuk avec Alexander Radulov et Max Pacioretty? Alexei Emelin a été efficace après un passage à vide. Mais a-t-il gagné la confiance de l’entraîneur?

Des questions qui obtiendront des réponses au cours des prochains jours et des trois ­prochaines semaines.

Entre-temps, les récents insuccès des ­Capitals et la poussée des Blues Jackets et des Penguins ont modifié la donne.

Les Blue Jackets coiffent maintenant le classement des forces et les Penguins sont tout juste derrière leurs rivaux de l’Ohio.

Alex Ovechkin et son groupe devront se ressaisir et ce soir, ils affrontent les Flames, l’équipe de l’heure dans ­l’Association de l’Ouest avec les Blackhawks et ensuite ­s’amèneront les Blue Jackets.

Finalement, les ­Blackhawks ont gagné 12 points sur le Wild du ­Minnesota au cours des 10 derniers matchs de sorte que Chicago occupe maintenant le premier rang avec une ­priorité de sept points sur le Wild.

Quel revirement!