/news/politics
Navigation

Budget Leitao 2017: plus d’argent dans vos poches

Le ministre des Finances, Carlos Leitao
Photo Simon Clark Le ministre des Finances, Carlos Leitao

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement Couillard tourne définitivement la page sur l’austérité en distribuant les cadeaux: baisses d’impôt de 55 $ par personne, disparition rétroactive de la taxe santé et augmentation des dépenses en santé et en éducation.

«Grâce à la croissance économique, nous avons les moyens de poursuivre la réduction du fardeau fiscal. [...] Nous sommes ambitieux et nous avons livré la marchandise», a lancé le ministre des Finances Carlos Leitao.

Dans son quatrième budget, M. Leitao a annoncé une baisse d’impôt générale de 55 $ «pour tous les contribuables imposables». Cette année, la mesure réduira les revenus de l’État de 270 M$.

Il annule également de façon rétroactive la taxe santé payée en 2016. Ainsi, un couple combinant deux salaires de 45 000 $ doit s’attendre à une réduction totale du fardeau fiscal de 460 $ dès cette année.

Comme prévu, la controversée réforme du crédit d’impôt en raison de l’âge a été abandonnée puisque «cette mesure a soulevé certaines interrogations chez les aînés», peut-on lire dans le budget. Québec maintient donc à 65 ans l’âge d’admissibilité, ce qui lui coûte 38 M$ cette année, mais plus de 100 M$ dans les prochaines années.

Une hausse, puis une baisse en santé

Les budgets des réseaux de la Santé et de l’Éducation seront haussés de 4,2 % cette année. En santé, le quart de l’accroissement est destiné aux médecins, qui obtiendront 419 M$. Le gouvernement Couillard n’anticipe toutefois pas de respecter sa promesse de maintenir à 4 % la croissance des dépenses en santé, car il budgète moins pour les deux prochaines années (+ 3,8 % et + 3,1%).

Le robinet est aussi ouvert pour l’enseignement primaire et secondaire. Le budget Leitao présage par exemple un investissement de 1,8 milliard $ «d’argent neuf» dans le réseau au cours des cinq années à venir. Or le tiers de cette hausse est prévu en 2021-2022. Cette année, la somme budgétisée est de 170 M$.

Les autres portefeuilles se contenteront d’un accroissement de dépenses de programme de 1,8 %.

«Il faut résister au chant des cigales dépensières et poursuivre notre chemin comme la fourmi de la fable», a lancé le président du Conseil du trésor Pierre Moreau.

Mais qui sont ces cigales dépensières? «C’est l’ensemble des groupes qui viennent nous demander d’ajouter des sommes dans le plan quinquennal des investissements (PQI), dans les dépenses de programme», a-t-il expliqué.

Le gouvernement a d’ailleurs ajouté au PQI le réseau électrique métropolitain, le prolongement de la ligne bleue du métro de Montréal et le service rapide par bus de Québec.

En chiffres

Budget 2017-2018 :

  • Revenus consolidés : 106,3 milliards $
  • Dépenses consolidées : 103,7 milliards $
  • Surplus avant versement au fonds des générations : 2,6 milliards $
  • 100 M$ en réserve
  • 2,5 milliards versés au Fonds des générations
  • Dette nette du gouvernement du Québec : 186,5 milliards $ équivalent à 46 % du PIB.