/news/provincial
Navigation

Coiteux prêt à légiférer contre le double emploi à la Sûreté du Québec

Periode des questions
Photo Simon Clark Le ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux.

Coup d'oeil sur cet article

Québec envisage d’interdire le double emploi chez les cadres de la Sûreté du Québec, afin d’éviter une répétition du cafouillage de l’autoroute 13, survenu le 14 mars dernier.

Ce soir-là, quand les accumulations de neige ont commencé, le capitaine de la SQ responsable de l’intervention était chez le notaire afin de signer des documents d’hypothèque liés à la gestion de son entreprise immobilière, a révélé La Presse mardi. En plus de ses fonctions de cadre, Michel Lapointe est courtier immobilier agréé et gère un parc d’immeubles locatifs.

Il a depuis été relevé de ses fonctions pour la durée de l’enquête interne déclenchée par Québec sur le cafouillage de l’A-13. Ses supérieurs lui reprochent d’avoir «brisé la chaîne de commandement».

«Qu’un officier supérieur puisse faire double fonction à la Sûreté du Québec, je me pose de sérieuses questions», a déclaré mercredi matin le ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux, à l’entrée du caucus libéral.

Incompatible

La SQ révise actuellement cette pratique, assure le ministre. «On me dit, d’autre part, que les lois actuelles, la loi de la police, permettraient ce genre de double emploi, a dit Martin Coiteux. Écoutez, si c’est le cas, vraiment, des fois il faut changer les lois, s’il faut qu’on le fasse, on va le faire.»

Un poste de cadre est incompatible avec un second emploi, estime le ministre. «Des gradés de la police, qui ont un travail extrêmement exigeant à faire, doivent avoir toute l’attention nécessaire pour le faire», estime Martin Coiteux.

Le ministre n’a toutefois pas voulu dire si cette interdiction d’occuper un double emploi s’appliquerait aux aussi employés syndiqués, ou seulement aux cadres.

Tant la Sûreté du Québec que l’Association professionnelle des officiers de la Sûreté du Québec, qui représente les quelque 400 cadres de la police provinciale, ont refusé nos demandes d’entrevues.