/entertainment/shows
Navigation

Le Cirque se met aux sports d’action

Volta présentera des numéros de BMX, de patins à roulettes et de parkour

Coup d'oeil sur cet article

Après avoir touché à la culture mexicaine, avec Luzia, et au 19e siècle, avec Kurios, le Cirque du Soleil plonge dans l’univers des sports d’action, avec Volta. Avec cette 41e production, l’entreprise québécoise se donne comme objectif d’aller chercher un nouveau public, plus jeune.

Les médias étaient conviés, mardi, au dévoilement de trois extraits du nouveau spectacle du Cirque du Soleil.

Dès le premier numéro, il y avait de quoi être déboussolé. On se retrouvait dans un univers futuriste, à mi-chemin entre Blade Runner et Le cinquième élément, alors que se déroulait devant nous un jeu télévisé avec des participants surexcités.

La musique, composée par Anthony Gonzales (M83), était tonitruante, empruntant au style techno. S’adressant à la foule dans un français très approximatif, le clown ajoutait à la confusion de ce tableau qui, heureusement, pouvait compter sur d’impressionnantes performances de corde à danser.

Ça s’est calmé au deuxième numéro avec une prestation poétique qui mêlait vélo et... ballet. Un mariage intrigant qui a bien fonctionné.

Enfin, le Cirque a gardé le meilleur pour la fin avec le dernier numéro de Volta, qui comprend cinq artistes en BMX (vélocross) qui se promènent dans un roulodrome. L’installation est impressionnante pour un spectacle sous chapiteau.

Surprendre le public

Rencontré après la présentation, le président et chef de la direction du Cirque du Soleil, Daniel Lamarre, a mentionné que l’entreprise s’était donné deux objectifs avec Volta: rajeunir le Cirque et surprendre le public.

«Tu ne peux pas surprendre les gens en leur présentant toujours la même chose, dit-il. C’est important d’amener des nouveaux numéros, plus de théâtralité.»

Du côté du metteur en scène, Bastien Alexandre, et du directeur de création, Jean Guilbert, ceux-ci ont indiqué avoir été très encouragés par la présentation de Volta devant 300 employés du Cirque, il y a quelques jours. «C’est notre public le plus critique et ça s’est très bien passé», dit Jean Guilbert.

Parmi les performances acrobatiques de Volta, on verra des numéros de lampe acrobatique, parkour, cerceaux, bungee, fil de fer, charivari et patins à roulettes. «On n’offre pas un spectacle de sports extrêmes, car on veut raconter une histoire», précise Bastien Alexandre.

Chapiteau éclairé

Pour la première fois de son histoire, le Cirque du Soleil délaisse son traditionnel chapiteau jaune et bleu pour une toile blanche et grise. «Le chapiteau va changer continuellement de couleur et de forme, indique Daniel Lamarre. C’est un nouveau système d’éclairage qui sera très spectaculaire. Et ça va nous permettre de souligner des événements, comme le vert à la Saint-Patrick ou l’orange à l’Halloween.»

Le chapiteau devrait bénéficier de ce nouvel éclairage vers la fin mai ou début juin. «Nous avons eu un petit problème avec notre fournisseur», précise le PDG.


Le spectacle Volta, du Cirque du Soleil, sera présenté dès le 20 avril sous le Grand Chapiteau, dans le Vieux-Port de Montréal. Infos: cirquedusoleil.com/volta.