/finance/business
Navigation

Climat de tension à La Presse+

La direction met fin à une dizaine de blogues sur son site web lapresse.ca

La Presse +
Photo Martin Chevalier Sous le couvert de l’anonymat, plusieurs journalistes ont dit déplorer que les contenus des plateformes numériques de La Presse dépendent de plus en plus du nombre de clics alors que certaines nouvelles passent sous le radar.

Coup d'oeil sur cet article

La tension monte au quotidien La Presse+. La direction vient de mettre fin à une dizaine de blogues sur son site web lapresse.ca alors que les journalistes de la rédaction sont sans contrat de travail depuis 15 mois.

Au cours des derniers jours, plusieurs blogueurs de La Presse, dont des journalistes permanents et des collaborateurs, ont vu leur blogue cesser d’être publié. Mardi, il ne restait que six blogues en fonction.

«Il y a effectivement des blogues qui ne reviendront pas. On a remarqué qu’il y avait moins d’intérêt du côté des lecteurs pour ce genre de contenu», a affirmé mardi la porte-parole de La Presse, Caroline Jamet, qui n’a pas voulu commenter le climat de travail du quotidien.

Une décision que s’explique encore mal le Syndicat des travailleurs de l’information de La Presse (STIP). «On ne comprend pas», a indiqué le porte-parole syndical, Charles Côté.

« Non à la dictature du clic »

Il faut dire que dans la salle de rédaction du quotidien de la rue Saint-Jacques, le climat semble tendu depuis quelques semaines.

Selon nos informations, plusieurs affiches comportant le slogan «Non à la dictature du clic» sont apparues récemment avant d’être retirées par la direction.

Sous le couvert de l’anonymat, plusieurs journalistes ont dit déplorer que les contenus des plateformes numériques de La Presse dépendent de plus en plus du nombre de clics alors que certaines nouvelles passent sous le radar.

Le syndicat des journalistes soutient que des séances de négociations sont à l’horaire au cours des prochaines semaines.

La dernière convention collective est échue depuis le 31 décembre 2015.

Tout cela arrive alors que la rentabilité de l’application La Presse+ paraît de plus en plus incertaine.

Au dernier trimestre, Power Corporation a enregistré une perte de 65 millions $ pour ses filiales comprenant le Groupe de communications Square Victoria, propriétaire de La Presse.

Depuis trois ans, les pertes cumulées de cette division ont atteint 210 millions $.

La Presse+, qui avait également annoncé son intention de commercialiser à l’échelle planétaire son application tablette, n’a toujours pas connu le succès attendu. Pour l’instant, seul le Toronto Star a acheté l’application.

Le Journal devant La Presse

Par ailleurs, pour la première fois, les sites web du Journal de Montréal et du Journal de Québec sont les plus lus au Québec avec 3,33 millions de visiteurs uniques en février dernier, devant La Presse et Le Soleil ainsi que Radio-Canada, selon la firme comScore.