/news/currentevents
Navigation

Propos controversés d'André Arthur : un cycliste dépose une plainte à la police

Plus de 500 plaintes en lien avec les propos d’André Arthur ont été reçues par le Conseil canadien des normes de radiotélévision.
Photo Didier Debusschere Plus de 500 plaintes en lien avec les propos d’André Arthur ont été reçues par le Conseil canadien des normes de radiotélévision.

Coup d'oeil sur cet article

Convaincu que le niveau d’agressivité des chauffeurs envers les cyclistes a augmenté depuis les déclarations controversées d’André Arthur, Sylvain Potvin, propriétaire de l’École du vélo, a récemment déposé une plainte à la police de Québec pour «incitation à la haine».

«Je me fais frôler de plus en plus par les voitures, a-t-il rapporté. Ma fille ne veut plus me voir partir en vélo de peur de ne pas me voir revenir.»

Tout comme l’homme d’affaires Louis Garneau dans l’édition de mercredi du Journal, M. Potvin dresse un lien direct entre cette agressivité et les propos de la semaine dernière de l’animateur sur BLVD. M. Arthur avait suggéré à ses auditeurs de «frapper» les cyclistes qui seraient assez «idiots» pour faire du vélo en hiver. Il s’était excusé dès le lendemain.

La police de Québec n’a pas voulu faire de commentaires, mercredi.

Plus de 500 plaintes en lien avec les propos d’André Arthur ont été reçues par le Conseil canadien des normes de radiotélévision (CCNR), organisme d’autoréglementation créé par les radiodiffuseurs privés du Canada. «Et les plaintes continuent de rentrer», a précisé Andrée Noël, présidente nationale du CCNR.

Propos « déplacés »

Il y a quelques jours, Vélo Québec (VQ) a incité ses membres à s’adresser au CCNR. «Ce sont des propos complètement déplacés. C’est de l’incitation à la violence, a tonné Jean-François Pronovost, dirigeant de VQ. C’est un privilège d’avoir un micro. Il faut savoir s’en servir. M. Arthur peut chanter sous sa douche s’il le veut, mais il ne devrait pas avoir de micro.»

Mercredi, ni André Arthur ni le directeur de la programmation de BLVD, Dan Caron, n’ont souhaité commenter la sortie de M. Garneau. «Ç’a été largement diffusé. André s’est excusé, a néanmoins indiqué M. Caron. Il ne faut pas faire de lien là où il n’y en a pas.»

– Avec la collaboration de Catherine Bouchard