/entertainment/events
Navigation

Vanité et culture allemande au Musée des beaux-arts

L’établissement national dévoile deux nouvelles expositions dans son pavillon central

Les plus belles vanités classiques de la collection du MNBAQ font partie de la seconde exposition, Le temps file. 
Photo courtoisie MNBAQ Les plus belles vanités classiques de la collection du MNBAQ font partie de la seconde exposition, Le temps file. 

Coup d'oeil sur cet article

Le Musée des beaux arts rafraîchit ses salles pour l’été. Le musée de la Grande Allée a inauguré mercredi deux nouvelles expositions au pavillon central: l’une qui rassemble les œuvres percutantes de Carl Trahan, inspirées de la culture allemande, et l’autre, sur la vanité.

Après une visite chez un ami à Berlin en 2002, Trahan a développé une fascination pour l’Allemagne, si bien qu’il s’y est établi pendant six ans et a appris à parler couramment l’allemand. Ses œuvres, qui traitent du côté sombre de l’époque des nazis ainsi que du fascisme italien, sont imprégnées de son passage là-bas.

À travers une vingtaine d’œuvres, dont 14 ont été acquises par le MNBAQ, il propose une réflexion, par l’écriture et le dessin, sur le poids des mots et les failles de la traduction. Le titre Parce qu’il y a la nuit est évocateur.

Carl Trahan travaillera devant public aujourd’hui et vendredi, de 14 h à 17 h. Il achèvera l’immense tableau où se trouvent des ramifications de mots allemands, français et italiens.
Photo Stevens LeBlanc
Carl Trahan travaillera devant public aujourd’hui et vendredi, de 14 h à 17 h. Il achèvera l’immense tableau où se trouvent des ramifications de mots allemands, français et italiens.

Carl Trahan travaille également avec le néon, qui témoigne de son intérêt pour la modernité. «Les néons ont déjà été une nouvelle technologie. Aussi lumineuse soit-elle, elle a son côté sombre aussi. Le néon était associé au marketing. Qui dit marketing dit promotion, et éventuellement, propagande», explique le conservateur Bernard Lamarche.

L’exposition s’ouvre avec l’enseigne lumineuse ewig, qui veut dire «éternel» en allemand, puisqu’on enseignait aux étudiants, à l’époque, que le Troisième Reich allait être éternel.

Même si elles sont inspirées d’une autre époque, les œuvres de Carl Trahan résonnent drôlement dans l’actualité d’aujourd’hui. «Une bonne partie du travail de Carl porte sur la manière avec laquelle on peut manipuler les mots au profit d’un régime politique», soutient Bernard Lamarche, qui faisait allusion «à nos voisins du Sud».

Carl Trahan a créé des lampes à l’image de Mussolini.  
Photo Stevens LeBlanc
Carl Trahan a créé des lampes à l’image de Mussolini.  

Dialogues autour de la vanité

Pour sa seconde exposition temporaire, le MNBAQ a puisé dans sa collection pour bâtir un dialogue entre une cinquantaine d’œuvres récentes et anciennes, sur le thème de la vanité, un genre pictural qui met en valeur la nature morte, la fragilité de l’existence, le temps qui passe, la mort.

De l’art graphique à l’art décoratif, en passant par la peinture et la photographie, l’exposition Le temps file rassemble des œuvres telles que La Bécasse, de Suzor-Côté, aux côtés d’une sculpture-miroir de Paryse Martin, entre autres.

Le MNBAQ a ressorti ses plus belles vanités classiques, où les crânes sont bien en évidence, comme dans Vanité, de Harmen van Steenwyck. La tête de mort revient d’ailleurs sous toutes sortes de formes dans l’exposition.

Les deux expositions se déroulent du 6 avril au 24 septembre 2017.