/news/politics
Navigation

Documentaire Story of Us sur l'histoire du Canada: Québec demande des excuses

Jean Marc Fournier
Photo Simon Clark Le documentaire Story of Us fait tiquer le gouvernement Couillard.

Coup d'oeil sur cet article

Un documentaire sur l’histoire du Canada qui ignore la déportation des Acadiens et dépeint Samuel de Champlain comme un «latin lover» sale et repoussant fait tiquer le gouvernement Couillard, qui demande des excuses.

«Il y a un os dans Story of Us», a lancé le leader parlementaire libéral et ministre responsable de la francophonie Jean-Marc Fournier jeudi. «Vous aurez compris que je crois que la CBC devrait faire des excuses», a-t-il ajouté.

Depuis le dimanche 26 mars, la télévision de CBC diffuse un documentaire en 10 épisodes pour le 150e du Canada qui est intitulé Canada: The Story of Us. Le premier épisode est présenté par Justin Trudeau, qui invite les Canadiens à se pencher sur leur histoire et il servira dans l’avenir comme matériel éducatif dans les écoles.

Le hic : on n’y fait pas mention de la déportation des Acadiens après la Conquête. «Les Acadiens ont été les premiers à soulever combien leur absence était... franchement, affectait et fait mal», a reconnu M.Fournier.

Ce n’est pas le seul accroc. Les réalisateurs dépeignent les Français comme des rustres mal lavés. «On nous représente un Champlain en latin lover toujours sale, magouilleur et ténébreux [...] La scène des tractations avec les Wendat au début des guerres iroquoiennes est à se rouler par terre tant la chemise de Champlain est couverte de cambouis. À l’époque, la diplomatie ne s’encombrait pas de vêtements propres», a pesté Samuel Mercier, chargé de cours en étude littéraire à l’UQAM et l’un des premiers à tirer la sonnette d’alarme.

On peut aussi voir dans cette minisérie le combattant George St-Pierre qui explique aux téléspectateurs l’art du combat pour décrire la bataille des plaines d’Abraham.

La question s’est depuis retrouvée sur le parquet de l’Assemblée nationale. Le péquiste Stéphane Bergeron a raillé «le plus meilleur pays du monde, fondé il y a 150 ans par des gens civilisés bien propres de leur personne». «C'est le genre de raccourci présenté, à la télé publique, avec la bénédiction du très télégénique premier ministre du Canada, en 10 épisodes, dont un seul consacré à 12 000 ans d'histoire autochtone et près de deux siècles du régime français», a-t-il déploré.

C’est ce qui fait dire au ministre Fournier que la CBC doit «s'exprimer sur la façon dont on tient une production qui doit, selon le titre, parler de nous, et dans lequel il y a une grande partie du nous qui dit : Où sommes-nous?».

De son côté, la CBC affirme que «certains commentaires» négatifs seront «intégrés à tout matériel éducatif qui sera offert après la diffusion de la série». La télévision d’État estime que les critiques n’ont pas bien compris le format de la série. «Lorsque nous racontons l’histoire d’un pays, il y a inévitablement des citoyens, des historiens et des politiciens qui ont une autre façon de voir les choses», a-t-on noté dans un échange courriel.

«La série met en lumière des histoires qui n’ont pas été souvent racontées ou qui peuvent aujourd’hui l’être selon une nouvelle perspective», a noté la porte-parole Emma Bédard, pour justifier l’absence de référence à la déportation de 12 000 Acadiens à partir de 1755.