/entertainment/music
Navigation

L’idole de tout le monde

Michel Louvain suscite maintenant l’admiration des deux sexes

Coup d'oeil sur cet article

S’il demeure l’idole par excellence des Québécoises, Michel Louvain suscite aussi depuis quelques années l’admiration des jeunes et des hommes.

Dans les salles où il chante, on lui fait de plus en plus souvent la remarque: «M. Louvain, avez-vous noté qu’il y a plus d’hommes qui viennent avec leurs femmes?»

«Quand ce n’est pas plus d’hommes tout court», ajoute le chanteur, fier d’avoir obtenu le respect de la gent masculine.

«Après le show, ce sont eux qui viennent me donner la main, et la femme reste derrière, toute timide. Même sur la rue, les hommes font la même chose. Des fois, ils arrêtent leur voiture, klaxonnent et m’envoient la main», raconte Louvain, qui ne sait pas trop à quoi est attribuable ce soudain intérêt des hommes.

«Peut-être qu’ils sont moins gênés. Mais je trouve ça le fun. C’est correct.»

M. Gangnam Style

Les jeunes sont aussi plus nombreux à fréquenter ses concerts. Tout à coup, c’est cool d’aimer Michel Louvain pour une génération qui n’était même pas née quand il a chanté La dame en bleu pour la première fois.

Pour ça, le chanteur a une explication. Il croit que tout remonte à juillet 2013, quand il avait chanté et dansé sur le hit Gangnam Style, du Coréen Psy, lors d’un gala Juste pour rire.

«Ce numéro a changé bien des affaires. Bien du monde ne s’attendait pas à ce que Louvain fasse ça», dit celui qui affirme entendre parler de ce coup d’éclat régulièrement.

«Je rentre chez le boucher l’autre jour et il me dit: “Tiens, M. Gangnam Style.” C’est drôle, je suis identifié à ça. Avant, c’était La dame en bleu. Aujourd’hui, c’est Gangnam Style. Si je le faisais en spectacle, ce serait la folie. On me le demande. Mais j’ai complètement oublié. C’est en coréen. Faut que je l’apprenne pour ne pas chanter n’importe quoi.»