/entertainment/shows
Navigation

100 % irlandais

Celtic Legends sera de passage vendredi au Capitole

Celtic Legends
Photo courtoisie Les cinq musiciens et 14 danseurs du collectif Celtic Legends proposent un spectacle irlandais à 100 %.

Coup d'oeil sur cet article

Le collectif irlandais Celtic Legends, qui célèbre ses 15 ans d’existence, se distingue des troupes Riverside et Lord of the Dance. La troupe de danseurs, chanteurs et musiciens qui sera de passage au Capitole offre de la musique en direct et une production irlandaise à 100 %.

Au bout du fil, le producteur Eric Dessauvages prêche, bien sûr, pour sa paroisse, mais Celtic Legends, précise-t-il, est une expérience unique au monde.

«Riverside et Lord of the Dance ont cartonné, mais avec des spectacles un peu trop américains et avec de la musique préenregistrée», a-t-il laissé tomber.

Une expérience

Assister à un spectacle de Celtic Legends est une expérience, explique-t-il, identique à une soirée dans un pub irlandais.

«Il y a des musiciens, des danseurs de claquettes et de la musique énergique, très volcanique et entraînante. C’est une vraie fête à l’irlandaise que l’on propose au public de partager avec nous», a-t-il laissé tomber.

Les cinq musiciens utilisent des instruments traditionnels et les 14 danseurs martèlent le sol et produisent, avec leurs chaussures, des bruits qui donnent du rythme et des percussions à la musique. Il y a des chorégraphies qui traduisent la volupté, la subtilité et la puissance des claquettes.

Défendre des racines

Le collectif qui s’arrêtera, vendredi, au Capitole de Québec, est constitué de danseurs qui ont suivi un parcours particulier.

«Ils ont commencé à danser à l’âge de quatre et cinq ans. Il faut entre 12 et 14 années de cours, de développement et de compétitions avant de pouvoir atteindre ce niveau», a-t-il fait remarquer. Celtic Legends s’est produit devant trois millions de spectateurs, un peu partout sur la planète.

«C’est très dynamique, la musique est entraînante et c’est deux heures de bonheur», a-t-il mentionné.

Le producteur explique aussi ce succès avec un public qui découvre qu’il existe encore des zones où les gens ont réussi à préserver leur culture, leur folklore et leur langue.

«Ce qui est rassurant, quelque part, dans un monde complètement virtuel où tout va trop vite. C’est rassurant de voir des gens qui ont encore bien leurs pieds sur terre, qui ont des racines et qui les défendent», a-t-il ajouté en guise de conclusion.