/news/health
Navigation

Il évite la quadriplégie grâce à l’expertise de l’Enfant-Jésus

Un père de famille encense ses neurochirurgiens

Steve Ferland n’avait que de bons mots, mercredi, envers les neurochirurgiens de l’Enfant-Jésus qui lui ont permis de retrouver sa mobilité.
PHOTO DIDIER DEBUSSCHÈRE Steve Ferland n’avait que de bons mots, mercredi, envers les neurochirurgiens de l’Enfant-Jésus qui lui ont permis de retrouver sa mobilité.

Coup d'oeil sur cet article

Victime d’un accident de sport qui a failli le laisser quadriplégique, un père de famille de 35 ans doit une fière chandelle aux neurochirurgiens de l’hôpital de l’Enfant-Jésus qui lui ont permis de retrouver sa mobilité sans séquelles graves.

Steve Ferland se sent même en mesure de gravir à répétition les 487 marches du grand escalier du parc de la Chute- Montmorency, le 10 juin prochain, à la 7e édition du Kilimandjaro à Québec de la Fondation du CHU de Québec.

Ce résident de Québec, qui a trois enfants en bas âge, a cru sa vie anéantie, le 6 septembre 2016, après une chute au cours d’un match de baseball. «J’ai eu la plus grande peur de ma vie! Ma tête est entrée en contact avec le tibia d’un autre joueur. Ma cinquième vertèbre cervicale a éclaté. Je ne pouvais plus bouger mes bras et mes jambes. J’ai tout de suite su que j’avais une atteinte grave», a raconté, mercredi, M. Ferland.

Chirurgies sur 360 degrés

Il a aussitôt pensé à sa conjointe et à ses enfants, dont le petit dernier était âgé de deux mois à peine. «Je me suis vu quadriplégique et je ne pouvais concevoir cela», a confié M. Ferland.

De fait, sa moelle épinière était touchée. Les Drs Jérôme Paquet et David Mercier, neurochirurgiens spinaux à l’hôpital de l’Enfant-Jésus, ont réalisé deux délicates chirurgies sur 360 degrés, à l’avant et à l’arrière du cou, afin de décoincer les nerfs. Un morceau d’os du bassin a été utilisé pour reconstituer la vertèbre fracturée.

Déterminé

«Cela a été un miracle pour lui [...]. Je n’en revenais pas de le voir marcher sept jours seulement après la deuxième opération. Le fait que Steve était jeune, sportif et qu’il ait très bien fait sa réadaptation lui a permis de récupérer sa mobilité après six mois», a souligné le Dr Paquet.

M. Ferland a perçu ses longs mois de réadaptation comme une immense montagne à gravir. C’est avec la même détermination qu’il participera au défi Kilimandjaro, dont l’objectif est d’amasser 140 000 $ au profit de la recherche en neurochirurgie.

L’Enfant-Jésus compte 14 neurochirurgiens, soit l’une des plus grosses équipes dans cette spécialité dans l’est du Canada. Au cours de la dernière année, ils ont réalisé 1900 neurochirurgies.