/entertainment/shows
Navigation

Un Festif! qui grandit en conservant son identité

Une cinquantaine d’artistes participeront à la huitième édition de l'événement de Baie-Saint-Paul

Caravan Palace
Photo d'archives Caravan Palace

Coup d'oeil sur cet article

BAIE SAINT-PAUL | Une cinquantaine d’artistes, des performances dans des endroits inusités et l’ajout de nouvelles scènes, le Festif! de Baie-Saint-Paul continue de grandir. La huitième édition, du 20 au 23 juillet, mettra en vedette Caravan Palace, Bran Van 3000, Louis-Jean Cormier, Daniel Bélanger et Voïvod, qui livrera son thrash métal dans un sous-sol d’église.

Le directeur général et artistique, Clément Turgeon, est particulièrement fier de cette cuvée qui réunira Lisa Leblanc, Xavier Rudd, Plants and Animals, Martha Wainwright, Timber Timbre, Valaire, Klô Pelgag, Loco Locass, Alaclair Ensemble, Peter Peter et plusieurs autres artistes qui monteront sur une vingtaine de scènes.

La chapelle des Petites Franciscaines de Marie, la rue Saint-Adolphe et la salle de la sacristie de l’Église accueilleront, pour la première fois, le Festif!.

BEAU ET DIFFÉRENT

La présence de Caravan Palace est, pour Clément Turgeon, le fait marquant de cette huitième édition. La formation parisienne cadre parfaitement, avec ses sonorités électro, swing et vieux jazz, avec l’esprit du Festif!.

«Voïvod, qui va jouer en première partie de Metallica au Festival d’été, va se retrouver quelques jours plus tard dans un sous-sol d’église. On a aussi plusieurs spectacles qui ne tourneront pas beaucoup cet été. Il va y en avoir pour tous les styles, et tous les publics vont y trouver leur compte. J’ai le nez dedans tous les jours, mais c’est, je crois, notre programmation la plus assumée et la plus festive», a-t-il dit.

L’événement, qui a accueilli 32 000 festivaliers l’été dernier, souhaite atteindre les 35 000. Le bébé qui a vu le jour à l’été 2010 continue de grandir.

«Nous sommes où on espérait être. On a gagné notre pari», fait remarquer le directeur général et artistique, précisant que la croissance avait été beaucoup plus rapide que prévu.

Clément Turgeon, directeur général et artistique du Festif de Baie-Saint-Paul.
Photo Yves Leclerc
Clément Turgeon, directeur général et artistique du Festif de Baie-Saint-Paul.

Lorsqu’il s’est lancé dans cette aventure, Clément Turgeon voulait que le Festif! devienne un événement d’envergure et qu’il soit différent des autres festivals de musique.

«On voulait, avant tout, devenir un beau festival. On offre une expérience différente, et les gens ont embarqué. Le bouche-à-oreille s’est fait rapidement», a-t-il mentionné, en marge du dévoilement de la programmation.

Clément Turgeon fait référence, entre autres, à des performances surprises d’artistes, dont l’identité est tenue secrète, et qui ont lieu dans des endroits inusités, comme des bouts de ruelle et dans un dépanneur. Il y en aura une douzaine cette année, qui seront dévoilées par l’application mobile du festival.

Le directeur général et artistique est convaincu qu’il est encore possible d’accueillir plus de gens, sans que le Festif devienne quelque chose de démesuré et qu’il s’éloigne de son identité.

«Il est possible d’accueillir plus de gens. On pense, dans le futur, déplacer notre scène principale qui est aménagé dans la cour de l’ancienne école Thomas-Tremblay», a-t-il fait savoir.

La programmation est en ligne, et les billets et passeports sont en vente à l’adresse lefestif.ca.