/lifestyle/tourism
Navigation

Les originaux d’une pionnière de la bande dessinée exposés

Yvette Lapointe a publié des séries d’illustrations en noir en blanc entre 1932 et 1942

Les œuvres d’Yvette Lapointe traitaient beaucoup des relations homme femme de l’époque.
Photo Didier Debusschère Les œuvres d’Yvette Lapointe traitaient beaucoup des relations homme femme de l’époque.

Coup d'oeil sur cet article

Tous les originaux qui restent de la première femme à publier de la bande dessinée au Québec, Yvette Lapointe, sont exposés à Beauport jusqu’au 30 avril.

Yvette Lapointe a publié pendant dix ans, entre 1932 et 1942, des séries d’illustrations, en noir et blanc, dans plusieurs journaux québécois tels que La Patrie. Elle s’est mariée en 1943 et a cessé ses activités avec la venue de ses quatre fils, qui sont tous devenus mathématiciens.

Ses œuvres sont évocatrices: elle traitait beaucoup de sa perception des relations homme femme de l’époque. «L’homme commence sa journée à 8 h du matin, la femme à 8 h du soir», peut-on lire sur un de ses dessins.

«C’est un reflet de l’époque, explique Thomas-Louis Côté, directeur général du Festival de la bande dessinée francophone de Québec. Il faut savoir que quand elle a fait ça, elle était célibataire. Cela dit, quand on regarde l’ensemble de ce qu’elle a fait, il y a quand même plusieurs éléments féministes qui ressortent. Avec le recul, c’est rigolo, mais ça ne pourrait pas sortir aujourd’hui.»

Yvette Lapointe a aussi fait de la bande dessinée publicitaire, pour la marque de cirage à chaussures Nugget. C’était chose courante, à l’époque, d’utiliser des illustrateurs bien connus pour faire de la publicité. D’ailleurs, la bande dessinée était alors beaucoup plus présente dans les journaux que maintenant, souligne Thomas-Louis Côté.

Plus de femmes en BD

Décédée en 1994, Yvette Lapointe a été une pionnière pour les femmes dans le domaine du 9e art. Et c’est grâce à Thomas-Louis Côté que l’exposition a lieu.

«Je me suis posé la question à savoir qui était la première femme à publier de la BD au Québec. Et en parlant à quelques historiens, c’est Yvette Lapointe qui est ressortie. Elle est importante dans notre histoire, mais je trouvais très peu d’informations à son sujet. Je suis entré en contact avec la famille, et j’ai pu tout retracer.»

M. Côté constate qu’aujourd’hui, les femmes sont bien présentes dans le milieu de la BD, mais souhaiterait qu’on les catégorise moins comme de la bande dessinée féminine.

► L’exposition se déroule jusqu’au 30 avril à la Maison Tessier-Dit-Laplante de Beauport, située au 2328, avenue Royale.