/weekend
Navigation

Continuer sans Paul Walker

Coup d'oeil sur cet article

Première superproduction tournée à Cuba depuis l’embargo américain imposé en 1963, Le destin des dangereux est aussi le premier film de la série, à l’exclusion de Tokyo Drift, à ne pas mettre en vedette Paul Walker, décédé tragiquement en 2013. Après avoir décidé de poursuivre la franchise, Vin Diesel et les autres producteurs ont souhaité lui insuffler une nouvelle énergie avec l’embauche, notamment, d’actrices telles que Charlize Theron et Helen Mirren. Détails sans aucun «divulgâcheur»...

Après la sortie de Dangereux 7, l’ensemble de l’équipe a dû se poser la question de savoir s’il s’agissait du dernier long-métrage de la populaire franchise. Tant les acteurs, que les producteurs Neal H. Moritz et Vin Diesel que le scénariste Chris Morgan et les patrons des studios Universal ont eu à se pencher sur cette question chargée d’émotion.

Ensemble, ils ont choisi de poursuivre l’aventure. «Je voulais continuer la saga, de souligner Vin Diesel au moment de la présentation du film aux médias, uniquement si, tous ensemble, nous faisions la meilleure trilogie finale à la fois pour nous, pour notre frère Paul et pour les studios Universal, qui nous ont soutenus pendant toutes ces années.»

«Avec Dangereux 7, non seulement nous voulions faire le meilleur film de la saga, mais nous souhaitions aussi honorer ce qu’elle a représenté pendant presque 20 ans. Pour ce nouveau chapitre, nous avons décidé de remettre en question les thèmes présents dans les films depuis tant d’années et de le faire d’une manière à la fois intéressante et divertissante.»

C’est ainsi qu’est née l’histoire du ­Destin des dangereux. Dom (Vin Diesel) et Letty (Michelle Rodriguez) se sont ­mariés, tandis que Brian (Paul Walker) et Mia (Jordana Brewster) ont décidé de prendre leur retraite afin de se ­concentrer sur leur vie de famille. Or, lors d’une mission de routine, Dom trahit les siens et s’allie à la mystérieuse Cipher ­(Charlize Theron), une cyberterroriste. Parallèlement, après la trahison de Dom, Hobbs (Dwayne Johnson) se retrouve en prison... dans le même établissement que Deckard Shaw (Jason Statham).

Cuba: une affaire d’État

Tant le réalisateur F. Gary Gray que Vin Diesel ont souligné le lien évident de la franchise avec Cuba, paradis des ­anciennes voitures américaines. Mais ­au-delà de ce que l’interprète de Dom ­Toretto qualifie «de déclaration d’amour à Cuba», il a fallu que l’équipe fasse des pieds et des mains pour pouvoir tourner deux semaines dans l’île, toujours sous embargo américain.

Car il a fallu des mois de négociations pour obtenir l’autorisation – une première depuis l’embargo – de poser des caméras américaines sur l’île. Au départ, le ­producteur Michael Fottrell est entré en contact avec Ron Metzler, un avocat ­œuvrant à Washington D.C. et Richard Klein, un conseiller en politique internationale, pour étudier la faisabilité d’un tournage à Cuba. Après un nombre ­impressionnant de réunions avec José Cabañas, l’ambassadeur cubain aux États-Unis, le producteur a reçu, du ­département d’État américain, une liste d’exigences auxquelles il devait se conformer afin d’obtenir l’autorisation d’apporter voitures, pièces mécaniques et équipement cinématographique à Cuba, en plus d’y faire travailler une équipe de plus de 200 personnes.

La dernière étape avant l’approbation ­finale a été une rencontre entre les ­patrons des studios et les producteurs et des membres du gouvernement de Raùl Castro, afin de leur donner un aperçu ­aussi détaillé que possible de Le destin des dangereux. Après avoir obtenu l’autorisation du gouvernement cubain, le travail sur le terrain a démarré quatre mois avant le début du tournage, avec la conception détaillée de la scène d’ouverture du film. De plus, l’hélicoptère de Fred North, le ­pilote qui effectue toutes les prises de vues aériennes de la franchise, est devenu le tout premier aéronef américain à obtenir l’autorisation de voler à l’intérieur de ­l’espace aérien du pays!

Toujours plus loin !

La production s’est également déplacée à New York – une ville à laquelle tenait Vin Diesel, lui-même originaire de la Grosse Pomme –, mais aussi en Islande, lieu de cascades mémorables.

«L’Islande est le contraste parfait avec Cuba, la glace et le feu, de dire F. Gary Gray. Tourner une scène de poursuite et une course de voitures sur la glace a été un défi logistique particulièrement fou! Nous avions une Lamborghini, un tank, etc., autant de véhicules qui n’ont pas été conçus pour ­rouler à 90 km/h sur de la glace. [...] C’était d’ailleurs la toute première fois qu’une Lamborghini était amenée en Islande et je suis ravi de l’avoir fait! Imaginez une Lamborghini de couleur “Atomic orange” [NDLR: littéralement «orange atomique»] en Islande, sur la glace... visuellement, cette image vaut amplement [le casse-tête] de cette séquence!»

Et Dwayne Johnson d’ajouter un élément ­d’information qui fera rugir les fans de plaisir! «Parfois, dans les films – et c’est ce qu’on adore du cinéma –, il faut mettre la logique de côté. Avant le tournage, je me suis fait dire qu’on ­allait me faire faire quelque chose qui n’avait jamais été réalisé avant. Chris Morgan m’a ­expliqué que j’allais sortir de la voiture en marche, me retenir à la portière tout en ­glissant sur la glace à une vitesse de 40 km/h et que j’allais rediriger une torpille avec ma main. Pas avec mes mains, avec une seule main!»

 

La galerie de personnages

Pour pimenter les aventures de la famille des Rapides et dangereux, le scénariste Chris Morgan a intégré des protagonistes ou des antagonistes aptes à générer la surprise chez les cinéphiles...

Cipher (Charlize Theron)

Photo courtoisie

«C’est une rapace, a expliqué ­l’actrice oscarisée. Elle veut tout, sans même savoir pourquoi, et cela en dit beaucoup sur elle. Il y a des éléments de sa personnalité que nous n’avons pas exploré dans ce film et qui laissent entrevoir des ­possibilités pour plus tard.»


Ramsey (Nathalie Emmanuel)

Photo courtoisie

Inventrice du «God’s Eye», l’outil de pistage à la base de l’intrigue de ­Dangereux 7, la pirate informatique activiste est la première à mettre en ­question l’allégeance de Dom. «J’aime que ce soient deux femmes qui soient des cracks en informatique», a souligné la Britannique.


Deckard Shaw (Jason Statham)

Photo courtoisie

L’assassin qui, désormais, a ­énormément de choses en commun avec l’équipe de Dom.


M. Nobody (Kurt Russell)

Le mystérieux agent de la CIA qui opère en dehors des lois.


Eric Reisner, alias Little Nobody (Scott Eastwood)

Photo courtoisie

Le protégé de M. Nobody.


??? (Helen Mirren)

Photo courtoisie

Une femme mystérieuse, dont on ne connaît ni le nom ni le rôle. C’est ­l’actrice elle-même qui a demandé publiquement à faire partie de la franchise. Après une rencontre avec Vin Diesel lors de la soirée post-­Oscars en 2016, Chris Morgan a écrit son rôle en une semaine!


Hobbs (Dwayne Johnson)

Photo courtoisie

«Une relation est en train de se ­former entre Hobbs et Shaw, un peu à la manière de Butch Cassidy et le Kid», a indiqué l’acteur.


Rhodes (Kristofer Hivju)

Connu pour son rôle de Tormund Giantsbane dans Le trône de fer, l’acteur incarne le lieutenant de Cipher.


Elena (Elsa Pataky)

Ancienne petite amie de Dom, elle fait désormais partie du DSS et ­travaille avec Hobbs.