/weekend
Navigation

«Depuis ma maladie, je dis toujours oui»

Yves et Maks
Photo courtoisie François Léger-Savard Yves Tougas et Maksim Morin dans Yves et Maks sur la route.

Coup d'oeil sur cet article

Yves Tougas a perdu la vue à 18 ans. Aujourd’hui âgé de 37 ans, il anime sa première émission de télévision, une série documentaire intitulée Yves et Maks sur la route, qui relate son périple gastronomique avec son ami Maksim Morin, le chef propriétaire du restaurant montréalais Le chien fumant.

Diffusé sur AMI-télé, une chaîne francophone au service des personnes à mobilité réduite, non-voyantes ou malentendantes, ­cette production de Pimiento (Le vote ­latino, Amérikologie) nous fait découvrir des routes gastronomiques du Canada, du Mexique et des États-Unis. En entrevue au Journal, Yves souhaite qu’Yves et Maks inspire les personnes, atteintes – ou non – d’un handicap, à oser davantage, ne serait-ce qu’en s’ouvrant à d’autres aliments.

«Depuis ma maladie, je dis ­toujours oui, confie le grand gaillard. Parce qu’il faut aller plus loin. Il faut arrêter de ­s’imposer des limites. Étant donné ma condition, je pourrais facilement avoir 1001 barrières, mais je fonce pareil.»

Un grand coup

Frappé d’un trouble du nerf optique (neuropathie héréditaire de Leber) à 18 ans, Yves Tougas a mis quelques mois à encaisser le choc. «J’étais perdu, admet-il. J’étais on top of the world. J’avais mon char, pis toute. Je jouais au hockey. Je faisais ce que je voulais quand je voulais. Je travaillais. J’allais à la chasse. J’allais à la pêche... Et tout d’un coup, plus rien. Ç’a donné un grand coup, mais j’me suis reviré de bord.»

Après avoir quitté la maison familiale, suivi des cours de réhabilitation et appris à lire le braille, Yves Tougas a travaillé dans une banque avant de bifurquer vers la massothérapie. «Le travail assis de 9 à 5, ce n’était pas pour moi», raconte celui qui s’entraîne six jours par semaine.

Une télé «intelligente»

L’idée d’un périple culinaire télévisé avec Yves Tougas est venue à Maksim Morin lors d’un voyage à Tokyo, une ­métropole apparemment fort bien ­adaptée aux non-voyants. Avec l’aide du producteur Orlando Arriagada ­(Pimiento), le projet s’est rapidement mis en marche.

«Je m’étais toujours dit: si jamais un jour, j’ai une émission de ­télévision, je veux faire quelque chose d’intelligent, explique Maksim Morin. Des recettes grand public, des trucs de ­madame, des compétitions, des téléréalités... c’est ce que tout le monde fait. Je voulais faire quelque chose avec plus de profondeur.»

Bien qu’il n’avait jamais fait de ­télévision, Yves Tougas a vite accepté l’offre de Maksim. «Il y a plein de non-voyants qui restent chez eux, mais il y en a d’autres, comme moi, qui font plein de choses. L’autre jour sur AMI-télé, ­j’écoutais une émission à propos d’un non-voyant qui fait du skateboard. C’est le fun de voir qu’il y en a qui osent.»

► AMI-télé présente Yves et Maks sur la route les mardis à 20 h 30.