/news/provincial
Navigation

L'ingénieur qui s'est prononcé publiquement pour le troisième lien veut le contrat de gestion de la future infrastructure

Coup d'oeil sur cet article

L’ingénieur qui fait la promotion d’un troisième lien sur toutes les tribunes depuis plusieurs mois vient de s’inscrire au registre des lobbyistes pour obtenir le contrat de gestion du projet.

Jacques Huot s’est inscrit le 11 avril au registre des lobbyistes en vue d’obtenir «l’attribution d’un contrat, autrement que dans le cadre d’un appel d’offres public, d’une subvention ou d’un autre avantage pécuniaire».

Sa fiche d’inscription, au nom de son entreprise JRH Gestion de Projets Majeurs, spécifie qu’il fera des «démarches afin d’obtenir un contrat en tant que gestionnaire de projet majeur pour le tunnel de L’axe Orléans entre Lévis et Québec».

Pour ce faire, il a l’intention de tenter d’influencer les politiciens à l’Assemblée nationale ainsi que les maires de Québec et Lévis et le directeur général de la Régie municipale du comté de Beauce-Sud, lit-on dans la fiche.

M. Huot est l’ingénieur qui se prononce depuis plusieurs mois en faveur de la construction d’un troisième lien entre Québec et Lévis. Le 28 mars, deux semaines avant l’inscription de M. Huot au Registre, le gouvernement provincial a annoncé qu’il injectait 20,5 millions $ dans la création d’un bureau de projet pour étudier la question.

Jacques Huot a présenté son projet de tunnel lors d’un événement organisé en février par le député conservateur fédéral de Lévis, Steven Blaney. Il préconise un tunnel-pont à péage qui coûterait selon lui 3 milliards $ et qui serait réalisé et géré par le secteur privé.

Selon son scénario, le tunnel entre Lévis et l’île d’Orléans partirait de la route Lallemand. Il ferait 5 km de long et comprendrait 17 coursives de sécurité. Il serait constitué de deux tubes – avec deux voies chacun – et la vitesse permise serait de 70 km/h. Il serait ensuite connecté au futur pont de l’île d’Orléans, qui serait long de 2,3 km et qui se trouverait très près – à peine 10 mètres – de l’eau du fleuve.

Le péage serait de 3,25 $ pour un véhicule léger et de 40 $ pour les véhicules lourds. Si la construction démarre rapidement, le troisième lien serait prêt en novembre 2023, avait calculé l’ingénieur Huot.

Le député Blaney n’était pas surpris que M. Huot cherche à obtenir des avantages pécuniaires dans ce projet. «Il a passé beaucoup de temps à articuler une solution technique. Ce n’est pas surprenant qu’il souhaite offrir son expertise en toute transparence.» M. Blaney ne croit pas que l’ingénieur se soit placé en conflit d’intérêts.

Jacques Huot s'est défendu de tout conflit d'intérêts dans le dossier. Il prétend qu'il est la personne toute indiquée pour prendre ce projet en charge. «C'est simplement logique que je fasse des démarches. Il n'y a personne au Québec pour enligner un projet de cette nature. Il n'y a pas de compagnie dans l'est du Canada capable de faire des tunnels comme ça. Ce sont toutes des compagnies internationales. Je me sens très, très à l'aise dans ça. Je ne me sens pas en conflit d'intérêt pantoute.»

M. Huot a déjà discuté brièvement avec le maire de Lévis mais n'a pas pu obtenir de rencontre avec celui de Québec.