/news/politics
Navigation

Commission spéciale sur la légalisation du cannabis : Lisée envoie une lettre au premier ministre Couillard

Le PQ réclame une consultation à l’image de «Mourir dans la dignité»

L’an dernier, ils étaient des milliers d’amateurs de cannabis sur la colline Parlementaire à Ottawa pour célébrer le «420», la fête non officielle de la marijuana. Un rassemblement est évidemment prévu mercredi, le 20 avril.
Photo AFP L’an dernier, ils étaient des milliers d’amateurs de cannabis sur la colline Parlementaire à Ottawa pour célébrer le «420», la fête non officielle de la marijuana. Un rassemblement est évidemment prévu mercredi, le 20 avril.

Coup d'oeil sur cet article

Jean-François Lisée a fait parvenir une lettre au premier ministre Couillard ainsi qu’à l’ensemble des élus de l’Assemblée nationale pour les convaincre de tenir une commission spéciale sur la légalisation du cannabis.

À l’image de la vaste consultation qui a précédé l’adoption de la loi donnant droit à l’aide médicale à mourir, cette commission transpartisane pourrait être mise sur pied d’ici la fin de l’été.

Les députés seront appelés à se prononcer sur ce scénario la semaine prochaine puisque le PQ compte déposer une motion en ce sens au Salon bleu.

Impact sur le Québec

Le projet de loi déposé la semaine dernière par le gouvernement de Justin Trudeau aura un impact significatif sur la société québécoise, plaide le chef péquiste dans la missive envoyée mercredi.

«Le Québec ne peut et ne doit pas faire l’économie d’un débat aussi important.»

C’est le gouvernement québécois qui devra s’occuper de la distribution de la marijuana sur son territoire, insiste-t-il. Mais les répercussions de la légalisation de cette substance à des fins récréatives ne s’arrêtent pas là.

«Ce sont de jeunes Québécois qui vont peut-être en consommer le plus. Ce sont des agriculteurs québécois qui voudront en produire. Ce sont des policiers québécois qui devront être formés davantage et qui devront appliquer les mesures pour contrer la conduite avec les facultés affaiblies.»

C’est pour cette raison qu’une commission spéciale transpartisane doit voir le jour rapidement.

Audiences

En entrevue avec notre Bureau parlementaire, le député péquiste Sylvain Pagé soutient que des audiences pour entendre la population et divers experts pourraient commencer dès le mois d’août. À ce rythme, un rapport pourrait être déposé à la fin septembre ou au début octobre.

«On a peu de temps pour réfléchir comme il le faut à cette question-là, mais on veut être sûr de ne pas manquer notre coup, car on sent que la population est inquiète», dit-il.

Comme son chef, le député de Labelle se dit personnellement plutôt favorable à la légalisation du pot. Il demande au gouvernement de laisser de côté la partisanerie et de lancer sans attendre cette commission spéciale sur le cannabis.

2 extraits de la lettre envoyée par Jean-François Lisée

L’an dernier, ils étaient des milliers d’amateurs de cannabis sur la colline Parlementaire à Ottawa pour célébrer le «420», la fête non officielle de la marijuana. Un rassemblement est évidemment prévu mercredi, le 20 avril.
Photo d'archives, Simon Clark
« Le Québec ne peut et ne doit pas faire l’économie d’un débat aussi important. En effet, c’est le Québec qui subira les conséquences de la légalisation du cannabis, tant en matière de santé publique qu’en matière de sécurité publique. »
 
« Cette commission devra être mise en place rapidement afin de répondre aux inquiétudes des Québécois quant à l’impact de la légalisation sur la société québécoise avant qu’elle n’entre en vigueur. »