/misc
Navigation

J'en ai soupé des enfants morts

Le photographe Abd Habak pleure

Coup d'oeil sur cet article

Cette photo montre un photographe professionnel, Abdelkader Habak, sur les lieux de la plus récente attaque en Syrie, une attaque-suicide perpétrée contre des civils évacués des régions assiégées par les rebelles samedi 15 avril 2017. Je sais, à la lecture du mot Syrie, tu as levé les yeux. Je te comprends, je te jure, alors je te fais cette offre: on prend 5 minutes ensemble et après on retourne à notre journée?

Je ne prétendrai pas ici comprendre tous les tenants et aboutissants du conflit syrien. Je ne comprends même pas du tout comment une société en arrive là. Je comprends cependant tout à fait l’image d’un homme, habitué à la distance professionnelle face à son sujet, qui perd soudainement cette distance et se retrouve au cœur de l’horreur, un enfant brûlé à ses côtés. C’est purement humain, ce n’est pas politique pour un sou et ça me hante.

Je comprends mal qu'on ne se parle pas, tous, pour ouvrir les portes de nos pays en leur disant "Allez, venez échapper à l'horreur."

Le nombre d’attentats terroristes perpétrés au Canada par un réfugié depuis 15 ans : 0. Pas t’un comme certains disent.

Aux États-Unis? Zilch. Zéro. Nada. En fait, de 1975 à 2015, trois personnes au total sont mortes de la main d’un réfugié aux Etats-Unis. La statistique exacte est que vos chances de mourir de la main d’un réfugié aux Etats-Unis est de 1 contre 3,6 milliards. Les chances d’être frappé par la foudre DEUX fois? 1 sur 9 millions. Imaginez ici.

Attention : je parle de réfugiés. Ce n’est pas la même chose que l’immigration. Est-ce que nous devons bien l’encadrer, l’immigration? Oui. Devons-nous améliorer nos structures d’intégration? Absolument. Nous assurer de protéger nos valeurs? Bien sûr.

Si vous êtes bilingue, je vous invite d’ailleurs à consulter ce que l’Australie vient de mettre en place comme processus. Il y a des pistes intéressantes qui n’ont rien à voir avec le racisme.

Reste que limiter ou empêcher les réfugiés de s’établir ici condamnera d’autres innocents à la mort, sans nous protéger davantage. Cela fera d’autres enfants morts en Syrie et ailleurs, dommages directs de notre indifférence collective.

J’en ai soupé des enfants morts. Je ne pensais jamais en voir de ma vie. J’en ai vu des centaines juste au cours des 2 dernières années. 68 autres juste dans l'attentat de samedi. Que vaut-on comme société si on ne peut même pas protéger les enfants et les vieillards? Notre humanité ne doit pas être un dommage collatéral de ce qui se passe dans le monde. Je suis comme vous, je ne veux pas voir de photos de morts, encore moins des bébés. Sauf que de temps à autre, il nous faut absolument regarder. Que le choc nous débarrasse de la peur et nous ramène en criant à ce que nous avons de plus humain.

« Voyons Nicolas, on protège justement nos enfants en refusant les réfugiés ». Bullshit.

Voir paragraphe 3. Ça c’est ce que tu te dis pour mieux digérer d’afficher ouvertement tes préjugés. Ça reste de la bullshit.

J’ai rencontré deux fois Justin Trudeau, il me semblait être une coquille vide plus qu’un politicien sérieux. Je crois cependant que son approche d’ouverture sur les réfugiés est la bonne. Je ne vois pas d'autre façon de sauver les enfants du monde.