/news/provincial
Navigation

L'appui au SRB en chute libre

Les citoyens de Québec veulent un référendum, révèle un sondage exclusif réalisé par la firme Léger pour le compte du Journal de Québec

Une représentation du projet de SRB présentée par Québec l’année dernière.
Photo courtoisie Une représentation du projet de SRB présentée par Québec l’année dernière.

Coup d'oeil sur cet article

L’appui au projet de SRB a dégringolé à Québec et Lévis, passant de 74 % à 49 % en à peine six mois. Les citoyens réclament un référendum sur la question.

C’est ce que révèlent les résultats d’un sondage exclusif réalisé par la firme Léger pour le compte du Journal de Québec. Il a été effectué le 17 avril auprès de 703 répondants de Québec et de Lévis. Le coup de sonde a donc été réalisé avant que Lévis ne se retire du projet.

Pour le projet de service rapide par bus, la baisse est très marquée. Les appuis sur les deux rives ont fondu depuis notre dernier coup de sonde, en septembre, et sont passés sous la barre de 50 %, une chute de 25 points de pourcentage.

«Ce n’est pas banal comme diminution», analyse Caroline Roy, vice-présidente de Léger pour le bureau de Québec. La dégringolade est encore plus importante à Québec qu’à Lévis.

La spécialiste note qu’au cours des derniers mois, ce sont surtout les détracteurs du projet qui se sont fait entendre. «Lorsqu’il n’y a pas de porteur de ballon ou d’ambassadeur, cela amène une baisse des appuis.»

Malgré ce contexte, elle souligne qu’une personne sur deux reste en faveur du projet et que les opinions sont moins tranchées que lors du dernier coup de sonde, ce qui fait que près de la moitié des personnes pourraient changer d’idée.

«C’est comme si les gens attendaient encore de l’information. [...] Une information qui a été annoncée et qui n’est pas encore arrivée.»

Référendum réclamé

D’ailleurs, les gens veulent être consultés sur la question. En effet, près de 70 % des répondants réclament la tenue d’un référendum. «Ils veulent être partie prenante de la décision», indique Mme Roy. Cette revendication est encore plus forte (82 %) chez les détracteurs du projet.

Les citoyens de Lévis et les non-usagers du transport en commun sont proportionnellement plus nombreux à militer pour l’organisation d’un référendum.

Troisième lien

Parallèlement, l’appui au projet de troisième lien entre Québec et Lévis se maintient, autour de 75 %. «Quand on compare le SRB au troisième lien, l’appui [à ce dernier] est beaucoup plus solide.»

Sans surprise, c’est encore à Lévis que le projet de troisième lien rejoint le plus de gens. Une écrasante majorité de 89 % se dit entièrement ou plutôt en accord, contre 74 % à Québec.

Êtes-vous d’accord avec le projet d’implantation d’un service rapide par bus (SRB)?

Septembre 2016

  • 74 % en accord
  • 23 % en désaccord

Avril 2017

  • 49 % en accord
  • 47 % en désaccord

Êtes-vous d’accord avec le projet de construction d’un troisième lien?

Septembre 2016

  • 75 % en accord
  • 22 % en désaccord

Avril 2017

  • 77 % en accord
  • 20 % en désaccord

Êtes-vous pour ou contre l’organisation d’un référendum sur le SRB?

Total

  • 69 % pour
  • 25 % contre

Québec

  • 67 % pour
  • 27 % contre

Lévis

  • 75 % pour
  • 19 % contre

La popularité du maire n’en souffre pas

Une représentation du projet de SRB présentée par Québec l’année dernière.
Photos Simon Clark

La baisse de popularité du SRB n’affecte aucunement la cote du maire Régis Labeaume, qui demeure très élevée, pendant qu’Anne Guérette peine à tirer son épingle du jeu.

Quand on demande aux électeurs d’évaluer le travail du maire de Québec, 71 % s’en disent satisfaits, selon les résultats du sondage Léger-Le Journal de Québec.

«Ça demeure un excellent résultat, après 10 ans au pouvoir. Ça dépasse largement le niveau des politiciens fédéraux et provinciaux», rappelle la vice-présidente de Léger pour le bureau de Québec, Caroline Roy.

En moyenne au Québec, souligne-t-elle, 63 % des Québécois sont satisfaits du travail accompli par leur maire ou mairesse, selon un sondage réalisé en mai 2016.

Peu de détracteurs

Le maire Labeaume traîne toujours le même «noyau dur» d’opposants lui accordant une note de 0 à 5 sur 10. Il stagne cependant à moins de 20 % et le débat autour du service rapide par bus (SRB) n’a pas de prise sur son taux de popularité, analyse Mme Roy. Les opposants au projet se rangent majoritairement de son côté.

«Parmi les 46 % des électeurs qui sont contre le SRB, 61 % sont satisfaits de son travail», rapporte la spécialiste.

Guérette encore méconnue

En revanche, la chef de l’opposition, Anne Guérette, a de la difficulté à accroître ses appuis, mais aussi à se faire connaître.

En effet, 22 % des sondés n’étaient pas en mesure de se prononcer sur la qualité de son travail. Une proportion plutôt élevée compte tenu du nombre d’années qu’elle a passées dans l’opposition et de sa présence soutenue dans les médias, analyse Caroline Roy.

Au total, 29 % des électeurs se disent satisfaits de son travail, contre 49 % qui ne lui accordent pas la note de passage.

La prise de position de Mme Guérette contre le projet de SRB, la semaine dernière, ne semble pas lui avoir fait gagner des appuis. «Elle n’arrive pas encore à interpeller l’ensemble des citoyens.»

► Méthodologie: Le sondage a été réalisé par internet auprès de 703 résidents de Québec (402) et Lévis (301) âgés de 18 ans et plus. Il a été conduit le 17 avril 2017. Un échantillon probabiliste de 703 répondants comporte une marge d’erreur maximale de plus ou moins 3,7 %, et ce, dans un intervalle de confiance de 95 %, 19 fois sur 20. Les données ont été pondérées en fonction de la distribution réelle de la population selon la ville de résidence, l’âge, le sexe et le statut de propriétaire-locataire.