/opinion/blogs/columnists
Navigation

Nos auteurs

DM spindoctors-01DM spindoctors-01

SRB: porte de sortie pour Labeaume?

SRB: porte de sortie pour Labeaume?
Photo Jean-François Desgagnés

Coup d'oeil sur cet article

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, vient de se retirer du projet de service rapide par bus (SRB), ce qui porte un dur coup à sa continuité. Sans la Rive-Sud, le SRB nous semble beaucoup moins intéressant, d'autant plus qu’il nous a été présenté comme un éventuel remède miracle aux problèmes de fluidité des transports entre les deux rives du fleuve Saint-Laurent.

En entrevue au FM93, le maire Lehouillier est venu nous expliquer ce qui l'a incité à se retirer du projet . À l'écoute, on apprend beaucoup de choses, notamment:  

1.       Le coût total du SRB est de 1,6 milliard (dont 1 milliard pour la Ville de Québec);

2.       89 % de l’achalandage sur la Rive-Nord, cela représente environ 25 000 utilisateurs par jour, pour la ville de Québec;

3.       Lévis estime que la création du SRB occasionnera des frais d’exploitation de 4,5 M$ par année. Présumons que ce sera beaucoup plus élevé à Québec. De l’aveu du maire de Lévis, une hausse de taxes aurait été inévitable, de 3 à 5 %.

Un projet qui a du plomb dans l’aile?

Régis Labeaume se retrouve donc avec une patate chaude entre les mains. Son projet de SRB qui perd des appuis rapidement au sein de la population, une pétition qui s'y oppose, des projets comparables ailleurs au Québec qui ont eu des ratés, un partenaire majeur qui quitte le navire, une certaine élite médiatique qui se mobilise contre le projet... Ajoutez à cela que nous sommes en année électorale au municipal... 

Fenêtre d’opportunité

Si j’étais le conseiller politique du maire de Québec, je serais très heureux du fait que la Ville de Lévis se soit retirée du projet de SRB. En effet, monsieur Lehouillier vient d’offrir au maire Labeaume, sur un plateau d’argent, ce que l’on appelle dans le jargon politique une «fenêtre d’opportunité». Aucun politicien ne veut perdre la face en reculant sur un projet qui lui tient à cœur. Le retrait de Lévis donne au maire Labeaume l’argument recherché pour reporter aux calendes grecques ce projet qui risque fort de nuire à sa réélection. Régis Labeaume doit saisir cette occasion avant que la fenêtre ne se referme. Le maire se croit invincible, mais je lui conseille d’être prudent, car même Napoléon a connu son Waterloo.