/news/politics
Navigation

Des fumeurs de pot en veulent plus

Des fumeurs de pot en veulent plus
Photo Amélie St-Yves

Coup d'oeil sur cet article

Une trentaine de personnes ont fumé un joint en face du Parlement de Québec, jeudi après-midi, pour célébrer la journée internationale du cannabis, une semaine après que le premier ministre Justin Trudeau ait déposé son projet de loi qui vise la légalisation pour 2018.

La journée internationale du cannabis, également surnommée four twenty (420), a été célébrée dans plusieurs villes du monde jeudi, dont Québec, Ottawa et Montréal. À 16 h 20, les militants en faveur de la consommation de cannabis récréatif se sont allumé un joint ensemble.

Sans surprise, les gens rencontrés en face du Parlement de Québec sont pour la légalisation, mais pas n’importe comment.

Samuel, un consommateur de 26 ans, considère que le projet de loi déposé à Ottawa, qui vise à légaliser le cannabis récréatif d’ici juillet 2018, présente un échéancier trop ambitieux. Il est aussi en désaccord avec le droit de cultiver quelques plants à la maison.

«Un plant, calculant que ça peut ramener jusqu’à une livre, c’est déjà bien en masse. Quatre plants, c’est facile de perdre le contrôle et de ramasser ça sur le marché noir», explique-t-il.

Des restos s'en mêlent

Des restaurants de Québec ont également participé au 420, dont L’Gros Luxe de la rue Myrand, qui a offert la poutine et le grilled cheese à 4,20 $, «parfait pour un trip de bouffe». Il y avait aussi possibilité d'y manger des plats plus décadents, comme un grilled cheese au macaroni au fromage et aux Doritos.

«C’est un classique que quand tu fumes du pot, tu te fais des plats plus farfelus. On s’inspire de ça pour notre menu», explique le propriétaire de la bannière, Alex Bastide.

Ailleurs au Canada

Pendant ce temps, des milliers de personnes se sont également regroupées sur la colline parlementaire à Ottawa.

Au micro, les activistes se sont relayés pour critiquer le projet de loi déposé par Justin Trudeau, jugé trop «mou» et toujours prohibitif.

Les activistes critiquent par exemple les restrictions quant à la vente de cannabis, les sentences sévères prévues pour la vente aux mineurs et les restrictions quant au cannabis au volant. «C’est toujours la prohibition 2.0», croit Ming Saad, coorganisatrice de la manifestation nationale «420», grand-messe annuelle de consommation du cannabis.

Près de 6000 personnes se sont aussi rassemblées à Montréal pour consommer du cannabis sur le mont Royal. Des constats d’infraction ont été distribués et une personne a été arrêtée, car elle était trop intoxiquée.

— Avec la collaboration d’Elisa Cloutier, Borix Proulx et Antoine Lacroix