/sacchips/unbelievable
Navigation

Elle a complété le marathon de Boston enceinte de huit mois

Elle a complété le marathon de Boston enceinte de huit mois
Photo tirée de Facebook

Coup d'oeil sur cet article

Julie McGivery, une jeune maman néo-brunswickoise a réalisé un de ses rêves en complétant le marathon de Boston... mais elle était loin de se douter qu’elle réaliserait l’exploit de le faire enceinte de huit mois!

La marathonienne a su qu’elle était acceptée à la prestigieuse course le même jour où elle a appris qu’elle était à nouveau enceinte.

Celle qui a déjà une fillette de deux ans dit avoir accueilli ces deux grandes nouvelles avec un peu d’appréhension.

«Je me suis dit que je continuerais à courir et à m'entraîner normalement et que si tout se passe bien, je serai présente à la ligne de départ», a-t-elle raconté à CBC.

Son but ultime était de franchir la ligne d’arrivée et d’y parvenir en santé.

Julie McGivery dit s’être sentie comme une véritable rockstar tout au long du parcours, encouragée par les milliers de spectateurs éberlués par sa ténacité.

«Quand les gens me voyaient, je ne sais pas combien de fois je les ai entendus dire: “Oh mon Dieu! Elle est enceinte” et m’encourager en me disant que j’étais leur héroïne. Ça m’a fait sentir bien et en confiance avec ma décision, car c’est certain que plusieurs personnes peuvent juger mon choix, mais tout a été positif», a-t-elle ajouté.

Malgré la douleur ressentie, la jeune maman de 36 ans voulait compléter la course coûte que coûte et devenir un exemple de détermination pour ses enfants.

«Je me suis assise à une tente médicale avec un peu moins de 5 km à faire et je pensais abandonner. J’avais des blessures aux pieds, mes genoux étaient endoloris, j’étais brûlée et triste. J’ai dû me parler. Je ne pouvais pas jeter la serviette et dire que je n’ai pas terminé le marathon parce que j’avais mal aux pieds», a-t-elle raconté.

Puis elle a continué et a complété la course de 42,19 km en 6h50, soit près du double du temps qui lui avait permis d’être qualifiée (3h35).

La marathonienne de Moncton au Nouveau-Brunswick ignore le sexe de son bébé. Elle et son conjoint comptent toutefois ajouter Boston à son baptistaire en tant que deuxième prénom.

Une pratique dangereuse?

Courir un marathon à ce stade d’une grossesse peut-il être un exercice dangereux ou entraîner des risques?

L’adjointe à la PDG et relation médias pour le CHU de Québec, Geneviève Dupuis, indique que les femmes sont évaluées au «cas par cas».

«Une femme enceinte peut-être est habituée à faire des marathons et n’avoir aucun problème de santé durant sa grossesse. Une autre peut faire de la rétention d’eau ou du diabète par exemple et à ce moment-là, ce n’est pas conseillé même si elle est habituée de courir. Comme aucune femme n’est pareille, elles doivent absolument consulter leur médecin», a-elle indiqué.