/news/transports
Navigation

Lessard veut savoir combien d’argent a été dépensé dans le SRB

Le ministre des Transports, Laurent Lessard
Photo Simon Clark Le ministre des Transports, Laurent Lessard

Coup d'oeil sur cet article

Maintenant que le projet de SRB n’est plus, le ministre des Transports, Laurent Lessard, veut savoir combien d’argent a été dépensé dans le bureau de projet et quels documents peuvent être récupérés.

Le ministre Lessard a pris acte, en fin d’après-midi, de la décision annoncée par le maire Labeaume. Lui et son collègue ministre responsable de la Capitale-Nationale, François Blais, avaient été prévenus, plus tôt dans la journée, que la Ville de Québec imiterait le geste posé en début de semaine par la Ville de Lévis, à quelques nuances près.

«On comprend que le projet est terminé, a réagi le ministre Lessard en fin d’après-midi, par l’entremise de son attaché de presse, Mathieu Gaudreault. Maintenant, ce qu’il reste à savoir, sur le 12,5 M$ qui avait été attribué pour le bureau de projet, est-ce qu’il y a des études qui sont recyclables avant de le fermer?»

C’est aussi ce que veut savoir la Coalition avenir Québec. «Le projet est mort, s’est réjoui le député caquiste Éric Caire. J’espère qu’on va rendre tout ce qui a été produit public et qu’on va avoir la ventilation des montants qui ont été dépensés. J’ai l’intention d’interroger le ministre là-dessus à l’étude des crédits.»

Le porte-parole de la CAQ pour la Capitale-Nationale réclame également que l’argent qui sera récupéré soit réinvesti dans la création du bureau de projet du 3e lien, qui se fait toujours attendre.

Près de 10 M$ déjà engagés

Il y a un an et quelques jours, les journalistes avaient assisté à une mise en scène fort différente de celle à laquelle ils ont eu droit jeudi avec le maire Labeaume.

Aux côtés des maires de Québec et de Lévis, le ministre des Transports de l’époque, Jacques Daoust, avait alors annoncé, avec les ministres responsables des deux rives, Sam Hamad à ce moment-là et Dominique Vien, l’octroi d’une subvention gouvernementale de 12,5 M$ pour la mise sur pied du bureau de projet de Système rapide par bus (SRB).

Deux mois plus tard, un contrat de 6,3 M$, révisé à 4,8 M$, était confié à un consortium réunissant les firmes Norda Stelo (anciennement Roche), SNC Lavalin et Stantec (qui a racheté Dessau) pour la réalisation des études d’avant-projet. À cela s’ajoutent les 5 M$ de dollars déboursés par le gouvernement du Québec pour l’étude de faisabilité du tramway-SRB qui a été rendue publique au printemps 2015.

M. Lessard a confirmé, jeudi, que rien des 56 M$ réservés au dernier budget fédéral pour les plans et devis du SRB n'avait encore été dépensé. Le projet étant mort-né, les villes auront à proposer au gouvernement leurs alternatives respectives pour améliorer l’offre de transport en commun.

«Le chronomètre à zéro»

Interrogé en marge d’une activité en Mauricie, le premier ministre Philippe Couillard a assuré que son gouvernement, qui prône l’autonomie des municipalités, allait demeurer à l’écoute en matière de transport collectif.

M. Couillard n’a toutefois pas manqué de rappeler que son gouvernement avait déjà investi des sommes dans le projet de SRB et qu’il en avait fait la promotion auprès du fédéral.

«Il faut être conscient qu’on a déjà mis du travail là-dedans (le projet de SRB), a-t-il déclaré. On remet un peu le chronomètre à zéro. Alors espérons qu’on va pouvoir avancer.»

Ce qu’ils ont dit 

«La solution du problème de congestion routière dans la région de Québec doit passer [...], pas uniquement, mais entre autres, par une solution de transport collectif. Ça ne peut pas être uniquement des routes. [...] Il faut être conscient qu’on a déjà mis du travail là-dedans (le projet de SRB). On remet un peu le chronomètre à zéro. Alors espérons qu’on va pouvoir avancer.»

- Philippe Couillard, premier ministre du Québec

«On a annoncé des sommes assez colossales dans le dernier budget, a aussi rappelé de son côté le ministre Lessard, en marge d’une annonce à Drummondville. [...] (Sur) le 56 M$, les 20 premiers millions, c’était pour les plans et devis, et puis le reste pour faire de l’accompagnement lors de la mise en œuvre des chantiers. Comme on vient de l’annoncer, ces sommes ne seront pas investies si la Ville (de Québec) décide de ne pas aller de l'avant (avec le SRB) ou de choisir d’autre mode pour améliorer son transport collectif.»

- Laurent Lessard, ministre des Transports

«Nous avons toujours été partenaire de Québec pour améliorer la mobilité des automobilistes et des usagers du transport en commun. J'ai assuré le maire que nous continuerons.»

- François Blais, ministre responsable de la Capitale-Nationale

«François Blais et Régis Labeaume doivent remercier Gilles Lehouillier, qui leur a permis de faire une sortie honorable. Ce projet-là était mal ficelé dès le départ. C’est une bonne chose que le maire de Lévis ait permis qu’on tire la plogue, en bon français. Il est temps de se tourner vers le seul vrai projet rassembleur pour les deux rives, et qui lui jouit d’une véritable acceptabilité sociale autant à Lévis qu’à Québec, c’est-à-dire : le 3e lien.»

- Éric Caire, porte-parole de la Coalition avenir Québec pour la Capitale-Nationale

- Avec la collaboration de Kariane Bourassa