/news/transports
Navigation

SRB : une occasion d’améliorer le projet, selon les partisans de la mobilité durable

Alexandre Turgeon, directeur général du Conseil régional de l’Environnement, et  Étienne Grandmont, directeur général d’Accès Transports viables
Photo Simon Clark Alexandre Turgeon, directeur général du Conseil régional de l’Environnement, et Étienne Grandmont, directeur général d’Accès Transports viables

Coup d'oeil sur cet article

Les organismes de promotion du transport en commun croient toujours à un projet structurant pour Québec, mais craignent que les délais s’allongent.

Le Conseil régional de l’Environnement (CRE) et Accès Transports viables voient la volte-face de l’administration Labeaume comme un pas de côté nécessaire qui donnera une occasion rêvée d’améliorer le projet. Et de revoir le tracé qui ne faisait pas l’unanimité.

«On espère que tous ces processus ne viendront pas reporter de beaucoup la mise en place de ce projet-là», soumet cependant le directeur général d’Accès Transports viables, Étienne Grandmont, qui espère que l’objectif de mise en service en 2022 soit maintenu.

Les deux organismes se réjouissent que le maire ne jette pas l’éponge sur un projet pour la région. «On maintient le cap avec un projet structurant de transport en commun», croit Alexandre Turgeon, du CRE, qui a d’ailleurs été expulsé de la conférence de presse après qu’il eut apostrophé un représentant de la radio qui posait une question.

La portion du tracé qui partait de Saint-Romuald pour se rendre dans l’est de Lévis «a plombé le projet dès le départ» parce que trop coûteuse, dit-il. Cette même section a probablement aussi coulé le tramway, selon lui.

La défection de Lévis a fait mal. «On peut mettre la faute sur Lévis sur le fait qu’on n’a pas été capable d’avancer sur la promotion du projet depuis des mois et c’est bien dommage.»

Les consultations sont donc une bonne chose, selon les deux organismes, mais l’étape consultative ultime sera celle du Bureau d’audiences publiques en environnement (BAPE). Le maire Régis Labeaume a en effet confirmé que le projet allait être soumis à cette instance.

Québec mérite un investissement majeur en transport en commun, comme Montréal, fait valoir M. Turgeon, qui croit que les fonds prévus pour le projet, entre 1 et 1,4 milliard $, devraient être investis sur la Rive-Nord seulement, une occasion d’améliorer la desserte des quartiers de la couronne nord. «La ville de Ajax a un projet de SRB. C’est 115 000 habitants. Come on! On est quoi, nous autres? Montréal a son REM à 5 milliards et nous non? On en a besoin.»