/finance/business
Navigation

Banque Nationale: Louis Vachon garde le cap

Louis Vachon
PHOTO AGENCE QMI, JOEL LEMAY Louis Vachon

Coup d'oeil sur cet article

La Banque Nationale poursuit sa transformation afin de se rapprocher des habitudes de sa clientèle actuelle et future. D’ici 20 ans, la plus importante banque québécoise aura probablement autant de succursales, mais celles-ci seront plus petites et compteront bien moins de personnel. Et l’argent comptant risque d’y être beaucoup moins présent.

C’est le portrait qu’a brossé vendredi le président et chef de la direction de la Banque Nationale, Louis Vachon, en entrevue au Journal, en marge de l’assemblée des actionnaires de l’institution financière.

«Ce n’est pas un défi juste pour la Banque, mais pour toute l’industrie: faire croître nos revenus dans une perspective de maturité démographique et être des gagnants plutôt que des perdants de la grande transformation technologique en ce moment.»

Cette transformation inclut autant la façon dont la clientèle utilise les services de la banque que le fonctionnement interne de celle-ci, en plus de ce qu’on appelle les robots-investisseurs, qui permettent de placer son argent tout en bénéficiant de frais de gestion beaucoup moins élevés que la norme actuelle du marché.

«La succursale moyenne va être plus petite, mais il y en aura probablement autant», explique-t-il.

«Est-ce qu’il va encore y avoir du cash? Pas sûr! En Suède, 80 % des succursales de banque n’ont plus de guichet automatique ou de cash. Qu’est-ce qu’on fait en succursale? On offre du conseil, de la résolution de problème. Même dans un monde fortement numérique, la relation humaine continue», dit-il.

Ces succursales seront aussi moins bondées, car la Banque Nationale compte réduire son personnel. La Banque Nationale a déjà annoncé, en novembre dernier, des «initiatives de restructuration» qui touchent environ 900 employés. Environ 600 perdront ou ont perdu leur emploi et environ 300 seront affectés à d’autres postes ou se verront offrir une retraite anticipée.

La Banque Nationale est la «seule grande banque canadienne où les décisions se prennent encore au Québec», a souligné M. Vachon. D’autres banques canadiennes ont leur siège social «officiel» au Québec, comme la Banque de Montréal, mais leur siège décisionnel a depuis longtemps déménagé à Toronto.

Rémunération en baisse

Alors que la question de la rémunération des grands patrons d’entreprise a fait la manchette à plus d’une reprise au cours des dernières semaines, la rémunération totale de M. Vachon a légèrement décliné en 2016, passant de 7,8 millions en 2015 à 7,5 millions $ l’année suivante. Il en va de même pour tous les autres cadres, principalement en raison d’une baisse des primes de rendement.

De l’avis de M. Vachon, cela démontre que les primes de rendement à la Banque Nationale dépendent véritablement d’une haute performance, plutôt que de l’atteinte de cibles artificielles.