/sports/hockey
Navigation

David Desharnais et P.K. Subban ne s’ennuient pas du Canadien

David Desharnais
Photo d'archives, AFP David Desharnais

Coup d'oeil sur cet article

Pendant que le Canadien de Montréal se trouve au bord de l’élimination, ses anciens porte-couleurs David Desharnais et P.K. Subban ont le sourire aux lèvres, puisqu’ils sont dans une situation nettement plus avantageuse.

Les deux hommes n’ont certes pas regardé le Tricolore trébucher à nouveau devant les Rangers de New York, jeudi, car ils étaient occupés à aider respectivement les Oilers d’Edmonton et les Predators de Nashville le même soir. Échangés par le Tricolore au cours des derniers mois, ils pourraient poursuivre leur parcours éliminatoire au moment où leurs anciens coéquipiers risquent de vider leurs casiers la semaine prochaine.

En Alberta, Desharnais s’est rapidement fait de nouveaux amis, et ce, même s’il évolue avec les Oilers depuis le 28 février. L’attaquant a permis aux siens de se sauver avec la victoire en touchant la cible en prolongation, dans un gain de 4-3 contre les Sharks de San Jose.

«J’ai vu que tout le monde était un peu fatigué de l’autre côté. Donc, je me suis dirigé dans l’espace vide et Leon Draisaitl m’a envoyé une très belle passe. Je voulais seulement tirer le plus rapidement possible. Ç’a fonctionné et je suis heureux», a-t-il admis au site NHL.com.

Aussi, le joueur d’avant espérait décider de l’issue d’une rencontre à un moment donné. Il a admis qu’il y pensait régulièrement.

«Vous le faites tout le temps, c’est la clé. [L’ancien hockeyeur] Daniel Brière m’avait dit qu’il connaissait du succès en séries, car il se visualisait en train de marquer des buts. C’est ce que j’ai fait aujourd’hui, a-t-il dit. Chacun peut être le héros, ça ne prend qu’un lancer.»

Des louanges

Ailleurs dans le vestiaire, Desharnais a reçu des hommages mérités.

«Ce fut le meilleur match de "Davey" en tant qu’Oiler, a ajouté l’entraîneur-chef Todd McLellan. Il assume un rôle au sein de notre club et il l’a accepté. Et pour cette raison, il est devenu un meilleur joueur. Par contre, vous devez avoir droit à votre soirée au moins une fois et celle-ci était la sienne.»

«Quand vous arrivez dans un nouveau groupe et un autre système de jeu, vous vous souciez d’un tas de choses, surtout que vous êtes loin de la maison. Mais maintenant, ce sont les séries et je suis un peu plus confortable. Je dois en revanche être encore meilleur», a renchéri Desharnais.

Discret mais efficace

Du côté de Nashville, Subban n’a pas fait beaucoup de bruit, mais sa contribution a été déterminante dans le triomphe des Predators aux dépens des Blackhawks de Chicago. Il a inscrit deux mentions d’aide en quatre parties, affichant un différentiel de +4 et jouant plus de 20 minutes par rencontre.

David Desharnais
Photo d'archives Martin Chevalier

Pendant que le numéro 76 exprimait sa joie en diffusant une image de lui-même et de la mascotte de l’équipe sur son compte Twitter, son entraîneur-chef Peter Laviolette soulignait la performance collective de sa troupe.

«Lorsque vous commencez quelque chose, vous ne pensez pas au balayage ou au blanchissage, a-t-il indiqué au site de la ligue. Votre plan de match est de jouer de la manière souhaitée. Je crois que nos gars ont très bien fait et qu’ils ont bien exécuté ce qu’il fallait.»