/news/currentevents
Navigation

Un Lévisien arrêté pour avoir menacé le cardinal Lacroix

L’homme était frustré par une procédure en divorce

<b>Gérald Cyprien Lacroix</b><br /><i>Cardinal</i>
Gérald Cyprien Lacroix
Cardinal

Coup d'oeil sur cet article

Un Lévisien frustré par une procédure de divorce est accusé d’avoir proféré des menaces de mort contre le cardinal Gérald Cyprien Lacroix et le chancelier du diocèse de Québec, l’abbé Jean Tailleur.

L’arrestation de Jacques Félix, 69 ans, sur le territoire de Lévis, a eu lieu dans la nuit de jeudi à vendredi. Une arme à feu a également été saisie à sa résidence de manière préventive.

L’homme, qui a refusé de recourir à un avocat, a comparu au palais de justice de Québec et fait face à des accusations de menaces de mort.

Harcèlement

Entre le mois de mai 2015 et avril 2017, il s’est adonné à différentes formes de harcèlement. Le 20 avril, il aurait envoyé un courriel de menaces aux victimes.

Tentant de se défendre, M. Félix a dit au juge qu’à son avis, ces courriels-là n’étaient pas criminels. «Ils étaient provocants. Je souhaitais provoquer une réaction», a-t-il dit.

Procédure en divorce

Par communiqué, le Service des communications de l’Église catholique de Québec a précisé que le cardinal ainsi que le chancelier du diocèse de Québec «ont reçu (...) des menaces de mort suffisamment sérieuses pour que les autorités diocésaines portent plainte à la police de Québec, qui y a donné suite rapidement. Ces menaces émanent d’une procédure en divorce où l’homme accusé (...) mettait en cause, sans raison, l’archevêque de Québec et le chancelier».

L’Église dit s’en remettre maintenant aux tribunaux.

Le procureur de la Couronne, Pierre-Alexandre Bernard, s’est opposé à la remise en liberté, affirmant notamment qu’il pourrait y avoir d’autres accusations de déposées contre l’homme, qui s’est vu imposer une interdiction de communiquer avec le cardinal et le chancelier.

— Avec la collaboration de Nicolas Saillant