/lifestyle/food
Navigation

«Mes gars mangent mon chili en me disant que c’est le meilleur du monde»

«Mes gars mangent mon chili en me disant que c’est le meilleur du monde»
Photo Chantal Poirier

Coup d'oeil sur cet article

Martin Larocque a de beaux tocs! Ça pourrait être le titre d’un spectacle, d’une émission, d’une pièce de théâtre, d’une conférence...

Car cet homme range sa vie au millimètre. Lorsqu’il nous ouvre ses placards de cuisine, tout y est identifié, tout est à sa place et pas ailleurs. Tout est pratique, tout doit être facile d’accès, comme dans sa tête. Martin jubile lorsqu’il parle cuisine, savoure chaque bouchée, chaque geste, pourvu qu’ils soient tous issus de la même place­­, celle du cœur! Questionnaire gourmand

Présente-nous ton accessoire de cuisine fétiche et pourquoi l’avoir choisi?

Les planches de bois sont les meilleurs plats pour servir et pour travailler. On dirait que ça donne du caractère au plat et à l’acte de cuisiner, comme si c’était plus... vrai! Je me sens comme un chef, j’aurais même aimé ouvrir un resto avec ce concept.

As-tu d’autres accessoires qui facilitent ta vie dans la cuisine?

Les plats en terre cuite, pour les mêmes raisons que les planches. C’est beaucoup plus chaleureux! J’aime les objets et les plats de service, les plats vintage, les beaux bols. C’est comme meilleur quand c’est servi dedans.

Pour toi, un repas et une soirée parfaite, c’est quoi?

«Mes gars mangent mon chili en me disant que c’est le meilleur du monde»
Photo Fotolia

Fluide! Ça prend des invités gourmands qui aiment parler de nourriture, une musique un peu funk, un peu motown­­, un vin doux (dans l’esprit agréable, pas exubérant), du bon pain, des planches sur la table avec beaucoup de choses dans lesquelles on pige. C’est comme un happening culinaire, sans flafla, sans chichi et surtout sans prétention!

Essaies-tu tes recettes avant de les servir à tes invités?

Non, mais je garde 40 $ de côté pour commander une pizza si c’est mauvais!

Raconte-nous la réalisation culinaire dont tu es le plus fier.

Mes pâtes à la roquette sont nées d’une inspiration vue à la télé et transformées à ma main depuis toutes ces années. Et LE chili familial que mes gars mangent, en me disant que c’est le meilleur chili au monde en souriant de bonheur!!! Papa is happy!

Dis-nous que tu rates les choses à l’occasion et qu’il t’est déjà arrivé de servir un plat complètement raté...

Oh, trop souvent! C’est quand je tente de reproduire ce que je vois sans vraiment faire de recherche. Ou bien si j’impro­vise, je dois savoir m’arrêter et servir... Mais non! Je continue à ajouter encore et encore... J’ai déjà fait un risotto qui est devenu­­ rose à force d’ajouter toutes sortes d’affaires dedans. Je ne me l’explique pas, un truc immangeable. Mon orgueil en a pris un coup ce jour-là. (rires)

Quelles sont tes meilleures expériences culinaires à vie?

Une entrée de tomates confites, chèvre et coulis de basilic. J’aurais vendu ma mère pour ça! Un filet d’omble de l’Arctique au sapin, cuisiné par Normand Laprise. Alors là, j’aurais vendu mon père! Un chocolat au foie gras... J’en ai pleuré! Un ravioli au homard sauce au beurre et persil du resto La Fontaine Gaillon, à Paris, de Depardieu... Vraiment, j’aurais vendu mon corps! (rires)

Ça sentait quoi chez toi, dans la cuisine, lorsque tu étais petit?

 

«Mes gars mangent mon chili en me disant que c’est le meilleur du monde»
Photo Fotolia

Les épices! Encore et encore. La réserve d’épices de ma mère aurait rendu jaloux Philippe DeVienne, à l’époque! Nous avons habité en Europe, en Amérique du Sud et en Afrique. La cuisine de ma mère en a été grandement influencée. C’est tellement aventureux et ça ouvre sur tout un horizon culinaire et gustatif!

As-tu un rêve culinaire? Par exemple, un resto où tu souhaites aller, un projet culinaire, un vin rare à déguster...?

Je veux aller dans la cuisine d’une vieille mama italienne, en Toscane. M’asseoir au bout du comptoir et la regarder cuisiner pendant des semaines. Puis lui faire une bouffe et me faire dire par elle que c’est parfait. Ensuite, partir nourrir mes ouailles!

Quel est ton livre de recettes préféré?

 

«Mes gars mangent mon chili en me disant que c’est le meilleur du monde»
Photo courtoisie

L’œuvre de Jamie Oliver. Simple, pas prétentieux (j’ai une sainte horreur de la prétention en cuisine), familial, chaleureux... J’aime tout de lui, même sa vaisselle!

Quels sont tes fromages préférés?

Pour cuisiner, le parmesan reggiano et pour manger l’après-midi quand je m’ennuie, le gruyère ou un vieux cheddar­­ de huit ans. Et si c’est pour terminer le repas, un bon bleu. Finalement, j’aime les fromages qui coûtent cher! Et le matin? Allez voir quel est mon plaisir coupable!

Son carnet d’adresses

Restos préférés?

Ouzeri, sur la rue Saint-Denis, Montréal. J’y vais depuis plus de vingt ans. J’ai tout essayé, mais je reviens constamment à l’agneau au feta. Tous les amis que j’ai envoyés là n’ont «jamais» été déçus. Plus un petit verre d’ouzo, car c’est bon pour l’âme.

Restos préférés pour sortir en tête-à-tête?

 

«Mes gars mangent mon chili en me disant que c’est le meilleur du monde»
Photo courtoisie

Tapeo. La créativité qui sort de cette cuisine me plaît et m’amuse sans cesse. Encore une fois, j’aime les repas qui sont une sorte de happening­­. Un peu déconstruit comme ordre. On prend un peu de ça, de ça et de ça, et finalement... ramenez-moi encore de ça!

Stash Café. Encore une fois depuis plus de vingt ans que je vais là pour... tout! L’ambiance, les pierogis et le bortsch! Plus, la petite vodka à l’herbe de bison!

Resto préféré pour tes sorties de chums de gars?

 

«Mes gars mangent mon chili en me disant que c’est le meilleur du monde»
Photo courtoisie

Avec mes gars... Miro - La Cage aux sports, Matisse - Sumo ramen, Sacha - Resto à déjeuner à toutes heures, Zakk - (le fils de ma blonde).

Pour un tête-à-tête avec moi... Panthère verte, pour le meilleur sandwich de falafel au monde!

El Rey del Taco, au Marché Jean-Talon

Main Deli Steak House, pour le meilleur steak d’entrecôte sur charbon de bois, ou peut-être parce que c’était le spot de Leonard Cohen!?

Boutique gourmande préférée?

La vieille Europe. Les gnocchis de la nonna, pour sa sauce évidemment. Et pour faire l’épicerie, chez Milano. Kim Phat. Et j’aime les petites épiceries qui ne payent pas de mine comme Soares, sur Duluth. Quand ça sent la famille, j’aime bien ça!

Resto préféré hors Québec?

J’adore les diners. Alors, si je vais aux États-Unis, par exemple, je les cherche. Si je me rends à Burlington, j’arrête à St-Albans... Il y a un seul diners et je mange alors des champignons frits en écoutant les gens... Le bonheur!

Vin préféré?

Si ça se boit et que ça contient un peu d’alcool... J’adore, surtout si le mot Amarone y apparaît!

Produits culinaires chouchous?

Ail, citron, origan, partout, tout le temps. Sauf dans le bain... Quoique...!

Recette fétiche?

 

«Mes gars mangent mon chili en me disant que c’est le meilleur du monde»
Photo Fotolia

La fondue au fromage. Là, on parle du summum d’amitié, de plaisir, de goût, de fun... La fondue au fromage te prend dans ses bras et te berce.

De quoi ne peux-tu pas te passer en cuisine?

De gens qui aiment manger! Et du bon pain!

Gourmandise coupable?

Les tranches de fromage Singles de Kraft et les hot-dogs de chez Costco! Je mange ça seul dans ma cuisine. Avec la sainte paix, c’est encore­­ meilleur.

Ce que tu ne peux pas manger?

Les choux de Bruxelles.