/opinion/blogs/columnists
Navigation

Partisans du Canadien, y croyez-vous encore?

Canadiens c Rangers
photo Pierre-Paul Poulin

Coup d'oeil sur cet article

Les partisans du Canadien se sont réveillés avec un mal de bloc ce matin. Leur humeur était aussi maussade que la température. La défaite de leurs favoris subie en prolongation jeudi soir est difficile à digérer.

Le slogan de l'équipe dans les présentes séries est «Marquons l'histoire maintenant». Afin que ce souhait puisse se réaliser, il faudrait que les attaquants marquent plus de buts...

À commencer par Max Pacioretty et Alex Galchenyuk, les deux seuls joueurs du CH à avoir inscrit 30 buts au cours d'une saison. Il n'est pas normal que la recrue Artturi Lehkonen ait été le meilleur attaquant du Canadien jeudi soir.

Si le capitaine avait réussi à battre Henrik Lundqvist sur une échappée en troisième période, on n'écrirait probablement pas ce matin que le Canadien se retrouve avec un pied dans la tombe.

Certains observateurs diront qu'on met trop de pression sur les épaules de Pacioretty mais un marqueur de 35 buts en saison régulière qui n'en a pas encore compté un seul en cinq matchs dans les séries, ça devient une histoire incontournable.

Pacioretty est surveillé étroitement par les joueurs des Rangers, qui ne manquent pas l'occasion de le frapper très solidement.

Des partisans ne manqueront pas de rappeler qu'un tir de Phillip Danault a abouti sur le poteau en troisième période et que sur le but victorieux de Mika Zibanejad, les Rangers ont joué de chance puisque la rondelle a dévié sur Alexei Emelin avant de se rendre jusqu'à l'attaquant bien posté à l'embouchure du filet.

Il demeure que le facteur chance sourit habituellement à l'équipe qui travaille le plus fort. Les Rangers ont dominé le jeu dans la seconde moitié de la rencontre et ils n'ont pas volé cette victoire de 3 à 2.

Maintenant, la question qui tue: le Canadien peut-il renverser la vapeur et remporter deux victoires d'affilée, comme il l'a fait lors des deuxième et troisième matchs de la série?

Pourquoi pas? L'équipe a souvent effectué des remontées victorieuses durant la saison et elle peut encore réussir le coup si ses joueurs vedettes parviennent à faire la différence.

Ce groupe de joueurs a démontré une belle force de caractère durant la campagne et il devra le démontrer de nouveau.

Ce qui est inquiétant pour Claude Julien est le fait que son club ait manqué d'énergie dans les 30 dernières minutes de jeu.

À force de patiner à vive allure et d'appliquer un grand nombre de mises en échec, ses joueurs seraient-ils éreintés et à bout de souffle?

C'est ce qu'on verra samedi soir au Madison Square Garden.

Pour espérer l'emporter, le Canadien devra tirer profit de ses situations de supériorité numérique. Si l'équipe avait pu marquer un but tôt en deuxième période, lors de l'une des deux attaques massives successives que le CH a obtenues, ce sont les Rangers qui seraient dans le pétrin.

Pendant que le Tricolore se battra pour sa survie, je connais un gars à Nashville qui doit être heureux de la tournure des événements.

P.K. Subban a aidé les Predators à balayer leur série contre les puissants Blackhawks.

Et que dire de David Desharnais, qui a procuré une grosse victoire aux Oilers jeudi soir en marquant en prolongation? Je me réjouis pour lui.