/news/politics
Navigation

Trudeau promet de défendre les agriculteurs canadiens

Justin Trudeau
Photo AFP Justin Trudeau

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA - Au lendemain d’une autre salve du président Donald Trump contre les politiques commerciales du Canada, Justin Trudeau a tenu à répéter qu'il a l’intention de «continuer à défendre la gestion de l’offre».

«Il n’y a pas un pays dans le monde qui n’appuie pas ses agriculteurs. Et l’approche qu’on a ici est bonne», a-t-il déclaré à Ottawa vendredi, lors d’un point de presse à l’occasion de la visite officielle du président italien Paolo Gentiloni.

Jeudi, dans le Bureau ovale, le président Trump a dit que «ce que le [Canada] a fait à nos travailleurs agricoles laitiers est une honte».

«J’ai passé du temps avec des producteurs dans le Wisconsin. [...] Il y a des fermiers dans le Wisconsin et l’État de New York qui sont poussés à la faillite. Ce qui se passe au nord de notre frontière touche aussi nos travailleurs forestiers», a-t-il renchéri.

Message politique visant à plaire à l’électorat américain, ou menace sérieuse du président Trump?

Questionné à ce sujet vendredi, Justin Trudeau a évité de se mouiller.

«Évidemment, entre pays amis et alliés, il va y avoir des enjeux qui vont être soulevés de temps en temps, qui vont exiger un peu plus de discussions et de négociations», a dit M. Trudeau.

«Mais nous allons toujours approcher ces enjeux-là avec des arguments ancrés dans les faits, avec une défense de nos intérêts, de façon respectueuse et collaborative», a-t-il poursuivi.

Par ailleurs, les chefs canadien et italien ont profité de leur rencontre à Ottawa pour préparer le terrain avant le Sommet du G7, qui aura lieu en Sicile à la fin du mois de mai.

Il y sera notamment question d'enjeux de sécurité, des changements climatiques et de la migration.

Justin Trudeau profitera aussi de son passage en Italie pour rencontrer le pape François au Vatican.