/news/currentevents
Navigation

Une victime présumée de viol craint d’avoir contracté le VIH

TVA Nouvelles - Michel Lavoie
Photo d’ARCHIVES Michel Lavoie

Coup d'oeil sur cet article

TROIS-RIVIÈRES – Michel Lavoie, 50 ans, qui avait été condamné pour agression sexuelle envers sa conjointe en 2011, est accusé cette fois d’avoir violé une femme dans la vingtaine.

La victime craint d’avoir contracté le VIH, puisque Lavoie, qui en est porteur, avait contaminé sa compagne il y a six ans.

Libre comme l'air depuis deux ans, Lavoie, qui se fait aussi appeler «Michel Ange», a de nouveau été arrêté vendredi dernier pour ce viol présumé.

«C'est vraiment important pour quelqu'un qui vit une agression d'aller consulter au niveau médical rapidement s'il y a eu contraction du VIH parce qu'après 72 heures il est trop tard», a dit Christine Boisvert de Sidaction Mauricie.

D'ailleurs, des prélèvements sanguins auraient été effectués sur la présumée victime.

Le crime se serait produit dans l'appartement de Lavoie. Selon le Centre d'aide aux victimes d'agression sexuelle, 56 % des agressions ont lieu au domicile de la victime ou de l'agresseur.

L'accusé a purgé en totalité sa peine d'emprisonnement pour l'agression sexuelle de son ex-conjointe. La Commission des libérations conditionnelles avait jugé le risque de récidive trop élevé. Il a été décrit comme hostile envers les femmes et narcissique.

Michel Lavoie sera de retour devant le juge mercredi prochain pour son enquête sur remise en liberté. Pour le moment, il demeure détenu.

La police de Trois-Rivières a l'intention de convoquer la presse la semaine prochaine à ce sujet. Impossible d'en apprendre davantage pour le moment. On nous dit que le dossier fait toujours l'objet d'une enquête.